Synthèse de presse

Environnement
  • Environnement
    Au Canada, Air Liquide inaugure la plus grande unité de production d’hydrogène décarboné au monde
    Air Liquide a finalisé la construction du plus grand électrolyseur PEM (Membrane Échangeuse de Protons) au monde, à Bécancour, au Québec. Alimentée par de l’énergie renouvelable, cette unité produit désormais jusqu’à 8,2 tonnes d‘hydrogène bas carbone par jour. « De par sa taille, c'est un projet unique au niveau mondial », s'est félicité Bertrand Masselot, PDG d'Air Liquide Canada, lors d'une conférence de presse. Le dispositif permet de produire de l'hydrogène en cassant la molécule d'eau à partir d'électricité renouvelable, grâce à une membrane échangeuse de protons, détaille La Tribune. Par rapport à un procédé de production d’hydrogène traditionnel, cette nouvelle unité de production permettra d’éviter l’émission de près de 27 000 tonnes de CO2 par an, selon Air Liquide. Susan Ellerbusch, directrice générale d’Air Liquide Amérique du Nord, a déclaré : « La lutte contre le changement climatique est au cœur de la stratégie du groupe Air Liquide. L’inauguration du site de Bécancour, au Canada, marque une étape importante dans la mise en œuvre de cette stratégie. Avec cette première mondiale, Air Liquide confirme son engagement en faveur de la production d’hydrogène bas carbone à échelle industrielle et sa capacité à déployer dès à présent les solutions technologiques correspondantes ». Cette annonce intervient une semaine après la prise de participation de 40% d’Air Liquide dans le capital de H2V Normandy, filiale de la société parisienne H2V Product (20 salariés) qui a mis au point, à Port Jérôme (Seine-Maritime), un projet d'usine de production d'hydrogène par électrolyse de l’eau.

    La Tribune du 28 janvier

Industrie
  • Industrie
    Nexans signe un nouveau contrat avec Airbus
    Nexans renforce son partenariat de plus de 50 ans avec Airbus, avec la signature d’un nouveau contrat portant sur la fourniture de câbles et de fils aéronautiques spécialisés destinés à former le réseau électrique des avions et hélicoptères civils et militaires. Ce nouveau contrat fait de Nexans « un fournisseur majeur d’Airbus pour des câbles à hautes performances, appelés à jouer un rôle essentiel dans l’efficacité des appareils, ainsi que le confort et la sécurité des passagers. Pendant la durée de ce contrat, Nexans se concentrera sur de nouvelles solutions pour la future génération d’avions électriques et hybrides », explique le groupe. Dans les années à venir, Nexans aura la capacité de fournir la plupart des câbles nécessaires aux appareils d’Airbus, couvrant des applications telles que le poste de pilotage, les moteurs, la cabine, le divertissement en vol et la voilure. « Les solutions Nexans destinées aux futurs avions électriques et hybrides d’Airbus s’appuieront sur le succès des prototypes de câbles HT, de 500 V à 3 kV, développés pour le projet E-Fan X », détaille Nexans. Les câbles actuellement fournis par Nexans à Airbus sont fabriqués dans les usines françaises du groupe à Draveil (Essonne) et Paillart (Oise) ainsi qu’à Mohammedia au Maroc.

    Bourse Direct du 28 janvier
  • Industrie
    L’EASA et la CAA autorisent la remise en vol du Boeing 737 MAX
    L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a publié le 27 janvier une directive (Airworthiness Directive) assortie d’un rapport sur la remise en vol du Boeing 737 MAX. Les conditions de l'EASA pour un retour en vol de l’appareil comprennent une série de mises à jour logicielles, des opérations de maintenance revues, un manuel d'opérations mis à jour et un entraînement des équipages approprié. « Après une analyse menée pendant 20 mois, nous sommes arrivés à la conclusion que le B737 MAX peut reprendre du service en toute sécurité » a commenté Patrick Ky, président de l’EASA. Il précise que « cette conclusion a été tirée en toute indépendance à la fois de Boeing et de la FAA et sans pression économique ou politique ». Patrick Ky indique toutefois que l’EASA suivra de très près les opérations du B737 MAX. L’autorité britannique de l'aviation civile (CAA) a également annoncé, mercredi 27 janvier, avoir donné son feu vert au retour en vol du Boeing 737 MAX. La FAA américaine avait donné son feu vert au retour en vol du B737 MAX le 18 novembre, suivie par les autorités brésiliennes. Le Canada a également donné son autorisation. La décision de la Chine, où de nombreux B737 MAX ont été vendus, reste pour l’instant en suspens.

    Ensemble de la presse du 28 janvier
  • Industrie
    Boeing a perdu près de 12 milliards de dollars en 2020, et repousse l’entrée en service du 777X
    Les résultats annuels de Boeing, publiés le 27 janvier, font état d’une perte nette de près de 12 milliards de dollars (11,94 milliards de dollars), pour un chiffre d'affaires de 58,15 milliards, en baisse de 24% comparé à 2019 (et de 42% comparé à 2018), et une consommation de trésorerie de 19,7 milliards de dollars. La dette du constructeur est passée de 27,3 milliards de dollars fin 2019 à 63 milliards de dollars fin 2020. L'entrée en service du nouveau modèle long-courrier, le 777X, est repoussée à fin 2023. Une nouvelle provision financière de 6,5 milliards de dollars est annoncée pour couvrir les pertes de ce programme, dérivé de l'actuel 777-300.

    Ensemble de la presse du 28 janvier
  • Industrie
    Entretien avec Rajesh Krishnamurthy (Expleo)
    Rajesh Krishnamurthy, président du directoire d'Expleo, la société de conseil en ingénierie et en R&D externalisée, accorde un entretien aux Echos. Le dirigeant évoque les conséquences de la crise sanitaire, qui a rendu nécessaire le lancement d’un plan de transformation au sein de la société. « La crise sanitaire est l'occasion de travailler dans le monde entier sur la transformation numérique de chacun de nos clients. Auparavant, les experts français d'Expleo ne travaillaient qu'avec des clients du marché français. Désormais, je veux qu'ils collaborent avec leurs collègues en Allemagne, et inversement », souligne-t-il. « En parallèle, nous investissons plusieurs millions d'euros dans la formation aux métiers du numérique. Tous les produits, que l'on parle d'avions, de trains ou de voitures, deviennent de plus en plus connectés et intelligents, à partir du cloud et de données. Le changement technologique ne cesse pas d'accélérer ».

    Les Echos du 28 janvier
  • Industrie
    MRO : Regio Lease acquiert Savina Technic
    Regio Lease, société spécialisée dans le conseil en gestion et maintien de navigabilité, basée à Orly, vient de racheter la société Savina Technic, implantée à Argy (Région Centre). Créée en 2011, Savina Technic est spécialisée dans la boroscopie et les « blending repairs » de moteurs (CFM 56, V2500, Pratt & Whitney Canada, Rolls-Royce, General Electric) et d'APU ou groupes auxiliaires de puissance (Hamilton Sundstrand, Honeywell, AlliedSignal Aerospace). Regio Lease possède « 3 pôles d’expertise : la gestion et le maintien de la navigabilité pour des avions opérés ou en stockage, la revue du maintien de la navigabilité, et le conseil pour les immatriculations et des transitions d’aéronefs entre deux compagnies locataires successifs », détaille Air & Cosmos.

    Air & Cosmos du 28 janvier
  • Industrie
    Stelia Aerospace mène à bien son plan de sauvegarde de l’emploi
    Le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) mené au sein de Stelia Aerospace suite aux conséquences de la crise sanitaire, a été exécuté sans aucun recours au licenciement. Filiale d'Airbus, la société a son siège à Toulouse et ses principales usines à Méaulte (Picardie), Rochefort et Saint-Nazaire. « Nos efforts ont payé. Nous avons mené à bien l’exécution de notre plan de sauvegarde de l’emploi sans avoir recours aux départs contraints, conformément à nos objectifs. Je souhaite souligner le sens des responsabilités de l’ensemble des équipes Stelia Aerospace et des partenaires sociaux » a réagi Cédric Gautier, président de Stelia Aerospace.

    La Dépêche du Midi du 28 janvier
  • Industrie
    La ministre du Travail promet de « protéger les entreprises aussi longtemps que nécessaire »
    « Tant que la crise durera, il faudra accompagner les entreprises pénalisées par les mesures sanitaires », a indiqué la ministre du Travail, Élisabeth Borne, sur LCI ce mercredi. Élisabeth Borne a souligné l'« accompagnement massif» mis en place par l'État depuis le début de la crise sanitaire. «On déploie des outils et on est à l'écoute des difficultés des secteurs pénalisés », a-t-elle affirmé. La ministre a également appelé les Français à « continuer à faire preuve de responsabilité pour sortir de cette crise avec l'impact le plus faible sur l’économie et l'emploi ». Elle a notamment insisté sur la nécessité de poursuivre le télétravail.

    Le Figaro du 28 janvier
  • Industrie
    Rafaut cherche à se déployer à l’international
    <p>La récente cérémonie de remise du 21 000ème palonnier à Airbus, sur le site du Loir-et-Cher de Rafaut (voir synthèse du 22 janvier 2021) sonne comme une reconnaissance pour l'équipementier aéronautique fondé en 1960. L'ETI, qui emploie environ 350 salariés dans sept usines, est depuis 1989 le fournisseur unique de cette interface de commande de direction dans les A320 et A330. Reconnu comme un acteur de premier rang par les avionneurs français, Rafaut table sur une implantation internationale d'ici 2025. « Si l'aviation civile s'est effondrée brutalement de 35% entre janvier 2019 et janvier 2020 en raison de la crise sanitaire, le groupe mise sur une reprise des courts et moyens courriers fin 2021, assure Bruno Berthet, président de Rafaut. Nous irons donc chercher de nouveaux marchés dès le redémarrage de l'activité ». Sur le plan de l’aéronautique militaire, Rafaut, déjà fournisseur de Dassault Aviation et Sukhoï, est notamment en discussion avec l’indien HAI (Hindustan Aerospace Industries).</p>

    La Tribune du 28 janvier 2021

Défense
  • Défense
    Focus sur le système « Vision », développé par Safran Electronics & Defense et Sodern
    La Tribune consacre un article au système de visée stellaire diurne et nocturne pour avions militaires, baptisé « Vision », développé par Safran Electronics & Defense et Sodern (filiale d’ArianeGroup). Ce système vise à être « permanent et totalement discret, sans émission de signaux radio électriques, et permettra une navigation précise et sûre, non tributaire de signaux de radionavigation (donc ni brouillable ni leurrable) et totalement souveraine », selon l'Agence de l'innovation de défense. « Ces viseurs d'étoiles diurnes permettront à nos aéronefs d'effectuer leur mission même lorsque les solutions de positionnement par satellites ne sont plus disponibles, comme cela peut malheureusement arriver sur nos théâtres d'opérations », avait expliqué en juillet dernier la ministre des Armées, Florence Parly, dans un discours prononcé à Limeil-Brévannes au sein de Sodern. Lancé en 2016 par la DGA (Direction générale de l'armement), le projet vient de franchir une étape importante, avec la réalisation « d'essais au sol et en vol couronnés de succès », a récemment fait savoir l'Agence de l'Innovation de défense. Au terme de son développement, cet équipement permettra aux forces armées françaises de s'affranchir de toute dépendance aux systèmes de positionnement par satellites GNSS, notamment au GPS et à Galileo.

    La Tribune du 28 janvier
  • Défense
    Les fonds HLD et PAI pourraient racheter Photonis
    Selon le magazine Challenges, les fonds français HLD et PAI Partners discuteraient du rachat de Photonis, la pépite française de la vision nocturne, dont l’Etat a bloqué la vente à l’américain Teledyne en décembre dernier. Un rapprochement avec Lynred, coentreprise de Safran et Thales, spécialisée dans les détecteurs infrarouges, serait envisagé, avec le soutien de Bpifrance. Un tel rapprochement permettrait la création d’un nouveau champion français de l'infrarouge et de l'intensification de lumière.

    Challenges du 28 janvier
  • Défense
    Financement de l'industrie française de la défense : vers un renforcement du rôle de Bpifrance ?
    Un doublement des plafonds de financement de la banque publique Bpifrance serait à l'étude, afin de remédier à des difficultés de financement à l'export de l’industrie de défense française, rapportent Les Echos. Selon le quotidien, l’Assemblée nationale devrait diffuser, le 17 février prochain, un rapport sur le financement de l'industrie de défense, et devrait faire plusieurs recommandations. Des pistes telles que la formation de référents bancaires aux sujets stratégiques, le renforcement du rôle de Bpifrance à l'export, la création d'une banque à capitaux mixtes dédiée au secteur de la défense, ou encore le développement de fonds de souveraineté, seraient examinées. « Il y a un réel problème de financement bancaire à l'export et il faut absolument remonter les plafonds de garanties de la BPI », estime le député LR Jean-Louis Thieriot, rapporteur sur le sujet à l'Assemblée nationale.

    Les Echos du 28 janvier
  • Défense
    Contrat Rafale avec la Grèce : une victoire industrielle pour la France, selon Florence Parly
    Quelques jours après la signature du contrat de fourniture de 12 Rafale à la Grèce, la ministre française des Armées Florence Parly, qui effectue une visite aujourd’hui à l'usine de Dassault Aviation située à Argonay en Haute-Savoie, fait part de sa satisfaction sur ce dossier dans une interview aux Echos. « La France est heureuse de pouvoir exporter le Rafale pour la première fois en Europe, une étape très importante dans l'histoire de cet avion, qui confirme son attractivité au moment où se jouent d'autres compétitions sur notre continent », déclare-t-elle en rappelant que la Suisse et la Finlande doivent également choisir leur type d’avions de chasse cette année. « Avec l'ensemble des sous-traitants, la chaîne de production Rafale représente 7 000 emplois directs en France », rappelle la ministre des Armées.

    Les Echos du 29 janvier 2021

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le projet CDG Express devrait être mené à terme, selon le ministre des Transports
    Le ministre chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a réaffirmé, le 27 janvier, lors d'un Conseil interministériel pour le développement et l'innovation dans les transports, son attachement au projet de liaison ferroviaire CDG Express et la détermination du gouvernement à le mener à terme. Initialement, le projet de liaison rapide entre le nord de Paris et l'aéroport de Paris-CDG prévoyait une mise en service pour les Jeux Olympiques de Paris de 2024. Celle-ci a finalement été décalée à 2025 par la précédente ministre des Transports, Elisabeth Borne. La mise en service effective est à présent fixée au 1er décembre 2025. Le 9 novembre 2020, le tribunal administratif de Montreuil a annulé partiellement l'autorisation environnementale du projet mais l'Etat a fait appel de la décision. Il précise que tant que le juge n'a pas statué sur un éventuel sursis à exécution, les travaux peuvent se poursuivre.

    Air & Cosmos du 28 janvier

Espace
  • Espace
    Comat soutient la Cité de l’espace de Toulouse
    <p>La Cité de l’espace et Comat, concepteur et fournisseur de mécanismes spatiaux, ont signé le 22 janvier une convention de partenariat, par laquelle Comat soutient la Cité de l’espace dans la création de deux nouveaux espaces d’exposition. La première exposition originale conçue par la Cité de l’espace se tiendra à l’occasion du nouveau séjour de Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale. A cette occasion, la Cité de l’espace proposera aux visiteurs, dès le mois d’avril 2021, de se familiariser avec la nouvelle mission de l’astronaute français.</p>

    La Dépêche du Midi du 26 janvier 2021