Synthèse de presse

France Relance
  • France Relance
    « France 2030 » : Emmanuel Macron annonce 30 Md€ d'investissement dans 10 objectifs prioritaires
    Le 12 octobre, le chef de l’Etat Emmanuel Macron a détaillé le plan d'investissement « France 2030 ». Alors que la pandémie a mis au jour les vulnérabilités françaises et que « la France n'a plus le modèle productif capable de financer son modèle social », le Président a présenté les objectifs que doit se fixer la France pour la décennie à venir autour du triptyque « mieux comprendre, mieux vivre, mieux produire ». Dans le cadre de ce plan, ce sont 30 Md€ qui seront mobilisés d'ici 2030, en plus des fonds propres. Quelque 8 Md€ seront consacrés à la décarbonation de l'économie, 2 Md€ à l'agriculture, 7 Md€ à la santé et 4 Md€ aux transports, que les secteurs de l’automobile et l’aéronautique devront se partager. Grâce à l'énergie nucléaire, la France doit avoir pour ambition de devenir le leader européen de l'hydrogène vert, a affirmé le chef de l'Etat, avec deux gigafactories au moins en France d'ici à 2030. « Les renouvelables ne seront jamais suffisants en Europe » pour produire suffisamment d'hydrogène, selon lui, mais la France va tout de même investir 500 M€ dans ces énergies vertes. Ce programme de relance prévoit notamment 5 Md€ pour les startups industrielles.

    Ensemble de la presse du 12 octobre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    EasyJet anticipe une perte annuelle de plus d’1 Md£
    Pour son exercice fiscal 2021, qui s’est achevé fin septembre, easyJet anticipe une perte avant impôt comprise entre 1,135 et 1,175 Md£ (entre 1,34 et 1,39 Md€). En raison de ces pertes liées aux restrictions de circulation des voyageurs, la compagnie a annoncé qu’elle ne verserait pas de dividende aux actionnaires. Ces chiffres indiquent une embellie par rapport à 2020, puisqu’EasyJet indique avoir réduit ses pertes de moitié au quatrième trimestre par rapport à l’année précédente à la même période, « avec une trésorerie d’exploitation positive » : sur le dernier trimestre de son exercice fiscal 2021 (entre juillet et septembre), le chiffre d'affaires devrait ressortir à 1 Md£, le nombre de passagers transportés à 13,4 M et le taux d'occupation à 77,3%. Les résultats annuels définitifs d'easyJet seront publiés le 30 novembre prochain. Le transporteur aérien a revu à la hausse ses ambitions compte tenu d'une dynamique positive du côté des réservations. Néanmoins, la compagnie fait face à une rude concurrence de Ryanair et Wizz Air, qui ont davantage profité qu’elle de la reprise des voyages touristiques cet été.

    Ensemble de la presse du 13 octobre
  • Aviation Commerciale
    Le fret aérien poursuit sa trajectoire dynamique
    Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), le chiffre d’affaires du fret aérien devrait atteindre un volume record de 175 Md$ en 2021, dépassant de 8% celui de 2019. Et l’indicateur de rentabilité clé du secteur, le prix de la tonne transportée au kilomètre, devrait augmenter de 15%, correspondant à une hausse des prix du fret aérien. En effet, habituellement, 50% des marchandises voyagent dans les soutes des avions passagers, et le trafic aérien a nettement chuté pendant la crise sanitaire. Pour compenser, certaines compagnies ont réalisé des vols dédiés aux marchandises dans des avions passagers. Mais la demande reste supérieure à l’offre. Avec la désorganisation du transport maritime et l’augmentation des prix du transport en bateau, la pression sur le fret aérien s’est accrue cette année. En 2020, le cargo, qui a généré 129 Md$, représentait un tiers des revenus des compagnies contre 15% avant la pandémie. En revanche, l’IATA s’attend à une normalisation de l’activité en 2022, même si l’association fait état de « perspectives solides » à court et à long termes.

    Le Figaro du 13 octobre

Industrie
  • Industrie
    Trescal s’internationalise en acquérant Broadview Instrumentation Services et une partie de Sudel Industries
    Trescal, leader mondial des services de métrologie, a annoncé l'acquisition de Broadview Instrumentation Services, situé à Cleveland (États-Unis), et les activités de calibration de Sudel Industries, situées à Adelaïde et Melbourne (Australie). Ces acquisitions représentent un chiffre d’affaires combiné de 4,5 M€. Ce sont les 5ème et 6ème acquisitions de Trescal cette année et les 30ème et 31ème depuis le rachat par Omers, l'un des principaux fonds de pension du Canada, en mars 2018. Selon Guillaume Caroit, Directeur Général de Trescal : « Broadview Instrumentation Services marque la reprise de notre politique d’acquisitions aux États-Unis. Nous prévoyons 3 à 4 acquisitions supplémentaires d'ici fin 2022 pour compléter notre maillage du territoire et renforcer nos compétences techniques ». Leader mondial des services de métrologie, Trescal offre à un éventail d'industries une solution unique pour l’étalonnage, la réparation, la qualification, la validation et la gestion des actifs à travers le monde.

    Contrôles Essais Mesures du 13 octobre
  • Industrie
    Safran Landing Systems lance Landing Life, un nouvel outil de promotion de son offre
    Safran Landing Systems a annoncé le lancement de Landing Life, une marque qui vise à promouvoir et clarifier l’ensemble de son offre de support et services client dédiés aux trains d’atterrissage, roues, freins et systèmes. De multiples services qui ont été unifiés sous un portail client. S’adressant aux opérateurs, aux centres de maintenance et aux loueurs, Landing Life s’articule autour de trois objectifs : maintenir les avions en vol, optimiser les coûts de possession et valoriser le partage d’expertise. En vertu de ce portail, le client pourra identifier la solution appropriée à son besoin, demander une assistance urgente en cas d’immobilisation au sol AOG (Aircraft On Ground), effectuer des recherches d’informations par produit et modèle d’avion, accéder à de la documentation technique, effectuer des réservations de formation en ligne ou encore entrer en contact avec les experts Safran. Landing Life s’appuie sur un vaste réseau international de centres de support et de maintenance capable d’intervenir 24h/24, 7j/7 dans les principales zones géographiques mondiales, et ce, en moins de 4h en cas d’immobilisation au sol.

    Air & Cosmos du 11 octobre

Compétitivité
  • Compétitivité
    Faurecia et Air Liquide s’allient pour développer l’« hydrogène carburant »
    Il sera question de concevoir un système permettant de doubler la capacité de stockage d’hydrogène embarqué par rapport à la quantité d’hydrogène stockée sous forme gazeux. Air Liquide apportera ses compétences en matière de liquéfaction de l’hydrogène, de stockage et de systèmes de rechargement, tandis que Faurecia mettra en avant ses savoir-faire d’architecte industriel et de simulation, et son statut d’équipementier de premier rang pour les constructeurs automobiles. D'un point de vue prospectif, Faurecia estime que 2,5 M de véhicules à pile à combustible (qui utilisent de l’hydrogène) pourraient être construits d’ici 2030, dont 20% seraient des poids lourds.

    Le Figaro du 12 octobre

Espace
  • Espace
    Le drone-satellite Zephyr S d’Airbus bat un nouveau record mondial d'altitude
    Lundi 11 octobre, Airbus a confirmé que son drone-satellite Zephyr S, mis à l'essai en Arizona, avait battu le record du monde d’altitude. La campagne de tests réalisée en 2021 comprenait six vols : quatre vols d’essai à basse altitude et deux vols stratosphériques qui ont duré 18 jours chacun. Selon Airbus, « cela constitue une étape vers la transformation de la stratosphère en réalité opérationnelle pour ses clients ». Pendant ces essais, le Zephyr S a volé à plus de 23 000 mètres du sol. Le Zephyr S est un système de plateforme solaire à haute altitude (High Altitude Platform System, HAPS). Sans pilote à l’intérieur, ce drone d’une envergure de 25 mètres fonctionne grâce à des batteries qui se rechargent via l’énergie solaire. Ainsi, il n’utilise aucun carburant et n’engendre donc aucune émission de carbone. Transportant avec lui un système optique avancé d’observation de la Terre, le Zephyr S « offrira le potentiel de révolutionner la gestion des catastrophes, y compris la surveillance de la propagation des incendies de forêt ou des déversements de pétrole », précise Airbus.

    Actu.fr du 13 octobre
  • Espace
    NAE Normandie lance ANTHEMIS, une plateforme d’antennes et de systèmes pour les nanosatellites en Normandie
    Le secteur des nanosatellites est en plein essor en France. Ces derniers contribuent à modifier profondément l’industrie du spatial, à travers des méthodes innovantes capitalisant sur la simplicité et la miniaturisation, pour un coût moindre que les satellites. Portée par trois acteurs normands du spatial, AREELIS Technologies, Heatself et Scienteama, la plateforme ANTHEMIS permettra de disposer d’équipements intervenant sur la caractérisation en environnement représentatif, sur le management thermique et sur la fabrication et la validation d’antennes innovantes. Les nanosatellites ont en effet de nombreux atouts, en particulier des coûts d’acquisition faibles qui permettent un accès à des marchés délaissés par les acteurs traditionnels, un temps de développement raccourci et une industrialisation facilitée grâce à un faible coût de production. Prévue pour une durée de 15 mois, la plateforme devrait être opérationnelle en juin 2022. Elle représente un budget global de 624 000€, dont un financement de la Région Normandie et du FEDER à hauteur de 250 000€.

    Aeromorning et Air & Cosmos du 11 octobre

Défense
  • Défense
    Le missile anti-navire Blue Spear constituera la « pierre angulaire » de la défense côtière de l’Estonie
    Le 6 octobre, le Centre estonien de l’investissement pour la défense (ECDI) a indiqué qu’il avait choisi d’acquérir le missile anti-navire Blue Spear 5G SSM, proposé par Proteus Advanced System, une co-entreprise d’Israel Aerospace Industries et de ST Engineering Land Systems. Le montant du contrat n’a pas été dévoilé. Le missile Blue Spear va « améliorer considérablement notre défense côtière (…) Il s’agit de l’un des systèmes d’armes les plus complexes et avancés », a commenté Kalle Laanet, le ministre estonien de la Défense. La marine estonienne disposera ainsi d’une capacité d’interdiction et de déni d’accès dans la région de la mer Baltique. Le renforcement de la défense côtière est l’une des priorités des forces estoniennes, avec celui de leurs capacités en matière d’artillerie. « La marine estonienne sera en mesure de contribuer de manière significative à la fois aux efforts de défense nationaux, régionaux et collectifs », a fait valoir Jüri Saska, le chef d’état-major des forces navales de l’Estonie. Les dépenses militaires estoniennes ont atteint un niveau « historique » en 2021 avec 645,5 M€, et devraient de nouveau augmenter d’environ 15% l’année prochaine.

    Opex360 du 12 octobre
  • Défense
    Dans le cadre de l’exercice interarmées Cormoran 21, l’ALAT s’exerce sur deux porte-hélicoptères amphibies (PHA)
    Alors que le général Burkhard, chef d’Etat-major des armées françaises, insiste sur la nécessité pour les forces armées de se préparer au combat de « haute intensité », l’Aviation légère de l’Armée de terre (ALAT) s’exerce avec son nouveau matériel. L’opération Cormoran 21 engage ainsi simultanément deux porte-hélicoptères amphibies (PHA) et mobilise 24 appareils, dont certains modernisés comme les NH90 Caïman et les Tigre. Une montée en gamme par rapport à ce qui avait été déployé pendant l’opération Harmattan, en Libye. L’objectif de cet exercice interarmées est de coordonner les savoir-faire des marins, des équipes de pont et de l’ALAT, dans le cadre d’un scénario de combat maritime et combat aéroterrestre. Les défis de synchronisation du renseignement, des manœuvres aériennes et de la lutte contre les menaces maritimes sont au cœur de l’exercice. Cet enchaînement rapide des opérations, sans temps mort, participe de l’aguerrissement recherché. Un « durcissement » des opérations perçu comme nécessaire à la conduite d’opérations de haute intensité.

    Aerobuzz du 11 octobre