Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    Premier contrat de maintenance FHS pour Airbus en Amérique du Nord
    Airbus a signé son premier contrat de maintenance Flight Hour Services (FHS) avec un client nord-américain : JetBlue. Il porte sur les services de maintenance à long terme des composants des 70 A220 commandés par la compagnie et comprend la « gestion des stocks de pièces sur site, ainsi que l'accès au pool de pièces, d'ingénierie et de réparation ». « Nous sommes extrêmement fiers d'accueillir JetBlue en tant que premier client FHS en Amérique du Nord et de pouvoir augmenter encore la disponibilité de sa flotte A220 pour soutenir la reprise du trafic », a déclaré Dominik Wacht, responsable des services clients d'Airbus, Amérique du Nord. « Avec des coûts d'exploitation directs nettement inférieurs à ceux des autres avions de notre flotte grâce aux économies de carburant et hors carburant, l'A220 contribue également à réinitialiser les coûts de maintenance de JetBlue pendant une bonne partie de la décennie », a déclaré Bill Cade, vice-président des opérations techniques de JetBlue. « La solution FHS d'Airbus aide à soutenir nos objectifs financiers à long terme en ce qui concerne la maintenance et soutient notre capacité à offrir des tarifs bas et un service primé à davantage de clients JetBlue ». JetBlue est la troisième entreprise opérant l’A220 à utiliser le service FHS d'Airbus. Cette activité de maintenance est en plein essor chez Airbus. Durant les six derniers mois, onze contrats FHS ont été signés avec des opérateurs dans le monde.

    BFMBourse, 4 juin
  • Adhérent à la une
    Thales Alenia Space s’engage pour le développement des services SBAS (Satellite-Based Augmentation System) pour l'aviation en Afrique
    Thales Alenia Space, l'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) et l'opérateur Nigerian Communications Satellite Ltd. (NIGCOMSAT) se sont associés pour accélérer le développement des services de renforcement satellitaire pour l’aviation en Afrique. Les trois partenaires ont conduit avec succès le 2 juin 2021 un vol de démonstration du SBAS avec un hélicoptère entre Douala et Kribi au Cameroun. Avec le premier service SBAS ouvert sur cette partie du globe via le satellite NIGCOMSAT-1R, il s’agissait de « démontrer, en configuration réelle, l’efficacité de cette technologie développée dans le cadre du programme « SBAS pour l’Afrique et l’océan Indien », qui vise à rendre de manière autonome des services SBAS sur tout le continent, afin d’augmenter les performances de positionnement fournies par les systèmes de navigation par satellite GPS et Galileo » précise Thales Alenia Space. « Ce nouveau succès contribuera à accélérer l'adoption du SBAS au sein du secteur aérien africain », a déclaré Benoit Broudy, Directeur des activités Navigation de Thales Alenia Space.

    ZoneBourse, 3 juin

Défense
  • Défense
    Barkhane : la France suspend les opérations militaires conjointes avec le Mali
    Après le coup d’Etat du 24 mai, la France a « décidé de suspendre les opérations militaires avec les forces armées maliennes » et ce, « dans l’attente de garanties » sur un retour des civils au pouvoir à l’issue d’élections prévues en février, a annoncé hier le ministère des Armées. « Des exigences et des lignes rouges ont été posées par la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) et par l’Union africaine pour clarifier le cadre de la transition politique au Mali » et « dans l’attente de ces garanties, la France (…) a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit » explique le ministère dans un communiqué.

    Ensemble de la presse, 4 juin
  • Défense
    Exportations d’armement : le gouvernement met en avant les transferts en direction de l’Europe et réagira prochainement aux propositions des députés Maire et Tabarot
    Dans son rapport annuel au parlement présenté le 2 juin, le gouvernement constate que le montant global des exportations est en net recul par rapport à 2019 avec 4,9 milliards d’euros réalisés à l’export en 2020 contre 8,3 milliards d’euros l’an dernier. L’Arabie saoudite est le premier client en 2020, avec 703,9 millions de commandes contractualisées avec le royaume wahhabite. De façon plus surprenante, viennent ensuite les États-Unis, qui ont importé́ en 2020 pour 433,6 millions d’euros d’armement français, puis le Maroc (425,9 millions d’euros) et le Royaume-Uni (290 millions d’euros). Les acquisitions saoudiennes visent à se «se protéger d’attaques de drones », a justifié́ le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean. Il s’agit également de drones de déminage sous-marin et de munitions. Les exportations vers les Etats-Unis sont liées pour leur part à la vente de sonars. Le rapport en préambule rappelle que ces opérations sont menées « dans le respect le plus strict des exigences liées aux exportations d’armement, en pleine conformité́ avec nos valeurs et nos engagements internationaux ». Le rapport est toutefois publié dans un contexte particulier compte tenu de la publication le 18 novembre 2020 du rapport sur le contrôle des exportations d’armement présenté par les députés Jacques Maire et Michèle Tabarot. Le gouvernement devrait « communiquer prochainement » sur ce document « toujours en cours d’examen », a précisé́ le porte-parole du ministère des Armées, mercredi. Enfin, les transferts en direction de l’Union européenne représentent 25% du total, contre 17% en 2017.

    Le Monde, 4 juin
  • Défense
    Inauguration du D-Day Wings Museum à Bretteville-sur-Odon
    Le D-Day Wings Museum, musée consacré aux opérations aériennes du Jour J en Normandie, a ouvert ses portes le 19 mai 2021. Il a pour vocation de présenter les matériels utilisés lors de l’opération Overlord du 6 juin 1944. Pour commémorer le débarquement des Alliés en Normandie, il organise du 5 au 7 juin 2021 les « Spitfire Days » avec des expositions et des baptêmes de l'air en T-6. Seront présentés en vol un Spitfire et un North-American T-6.

    Aerobuzz, 3 juin

Espace
  • Espace
    Le Commandement de l’Espace organise DefInSpace 2021, le premier hackathon de défense spatiale, les 4 et 5 juin
    Créé par le Commandement de l’Espace et opéré par le Pôle de compétitivité Aerospace Valley, DefInSpace s’inscrit dans la démarche d’un hackathon classique. C’est aussi l’opportunité « de découvrir l’univers du spatial de Défense et ses enjeux futurs ainsi que les nouveaux métiers qui vont en découler » précise le site. L’événement se tiendra en ligne les 4 et 5 juin. Deux défis sont à relever : « Comment l’Union européenne peut-elle s’approprier les enjeux de sécurité et de défense dans l’espace ? », « Cloud in Space militaire : quels intérêts de souveraineté et de défense pour la France ? ».

    Air & Cosmos, 3 juin
  • Espace
    Ariane 5 lancera le télescope spatial James Webb cette année
    Présenté́ comme le successeur de Hubble et placé à 1,5 million de kilomètres de la Terre, le télescope spatial James Webb garantira une résolution des images trois fois mieux définie et devrait permettre d’analyser la composition de l’atmosphère de planètes rocheuses et de débusquer la lumière émise il y a 13,6 milliards d’années par les premières galaxies. L’Agence spatiale européenne (ESA) a contribué à hauteur de 700 millions d’euros au projet dont le coût est évalué à 10 milliards de dollars. Prévu vraisemblablement à la mi-novembre, le lancement sera complexe. Pour tenir dans la coiffe, le télescope Webb sera replié sur lui-même (une fois déployé, il a la superficie d’un terrain de tennis). Pour rejoindre sa position, le voyage prendra un mois. Il faudra compter encore un mois pour réaliser les premières observations et cinq mois supplémentaires pour que l’intégralité des instruments soient opérationnels.

    Le Figaro, 4 juin

Industrie
  • Industrie
    Résultats annuels de l’ONERA
    En 2020, l’ONERA affiche un résultat net comptable pour 2020 légèrement positif de 237 000 euros « un résultat remarquable dans le contexte de crise économique, qui frappe cruellement la communauté aéronautique » précise le communiqué de presse. L'activité de l’office a résisté malgré la pandémie avec 120 millions d'euros de prises de commandes, en baisse de 3%, portées par la défense et le développement de l'avion décarboné. 159 personnes dont 87 ingénieurs et 30 techniciens ont aussi été recrutés. « Ces chiffres illustrent la part que l’ONERA entend prendre dans les systèmes de défense, je pense notamment à la dissuasion, mais aussi dans la relance du secteur aéronautique civil, et qui se traduira très probablement par d’importantes commandes de la DGAC en 2021. Je tiens à rendre hommage aux efforts et à l’engagement continus des personnels de l’ONERA pour garder notre Office au sommet de l’excellence aérospatiale » a déclaré Bruno Sainjon, président-directeur-général de l’ONERA.

    Air & Cosmos et Boursorama.com, 3 juin
  • Industrie
    Avions supersoniques : United Airlines commande 15 exemplaires de l’Overture produit par Boom Supersonic
    La compagnie américaine United Airlines croit au supersonique civil. Elle a commandé 15 avions de ligne supersoniques Overture de Boom Supersonic pour 2,47 milliards d'euros et pris des options sur 35 supplémentaires. United Airlines indique « une entrée en service commercial d'ici 2029 après un premier vol d'essai en 2026 ». Elle envisage également de le faire voler avec un carburant composé à 100% de carburants durables. Un partenariat avec General Electrics et Rolls-Royce a été noué en ce sens en 2020. Avec une vitesse de Mach 1,7 (2100 km/h, soit un peu moins que les 2145 km/h du Concorde), l’Overture reliera New York à Londres en 3h30. Cependant, il ne devrait passer en mode supersonique qu’au-dessus de l’océan. Le démonstrateur doit réaliser un vol cette année.

    Ensemble de la presse, 3 et 4 juin

Innovation
  • Innovation
    Présentation du projet DESIHR, porté par le cluster Normandie AeroEspace
    Pour répondre à la problématique des accidents industriels et à la suite de l’incendie de Lubrizol en 2019, l’ANR en partenariat avec la Région Normandie et la Région des Hauts-de-France ont lancé un appel à projets recherche-action SIOMRI (Solutions Innovantes et Opérationnelles dans la Maitrise des Risques Industriels en milieu urbain et denses). Dans ce contexte, Ineris (coordinateur), ULHN (GREAH/LITIS), ESIGELEC (IRSEEM), Atmo Normandie, Squadrone System et Normandie AeroEspace (NAE), avec l’appui du Centre d’Innovation Drones Normandie (CIDN) ont présenté une solution reposant sur un essaim de drones qui vise à développer des cartographies prédictives afin d’anticiper la propagation de substances dangereuses.

    Aerobuzz, 3 juin

Covid-19
  • Covid-19
    Passeport sanitaire européen : 7 pays l’ont adopté
    Le déploiement du passeport sanitaire est prévu le 1er juillet afin de permettre une reprise du tourisme. A ce stade, l’Union européenne confirmait hier que sept pays se sont déjà connectés à son « service passerelle » permettant la délivrance du passeport sanitaire « certificat Covid numérique de l’UE » : l’Allemagne (dans certaines régions), la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, la Grèce, la Pologne et la République Tchèque. « Sept États membres, c’est un bon départ. J’encourage les autres à leur emboîter le pas » afin de « permettre à l’ensemble du système d’être opérationnel d’ici au 1er juillet », a déclaré Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur. Au niveau national, la France lancera le 9 juin son propre passeport sanitaire, intégré dans l’application TousAntiCovid et déjà testé sur certaines liaisons aériennes. Cette solution devrait être reconnue à partir du 21 juin « par les autres pays de l’UE partenaires de l’UE », a déclaré Clément Beaune, Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes.

    Air-Journal, 3 juin

international
  • international
    La France à la manœuvre pour éviter le décrochage de l’Union européenne
    Alors que la présidence française du conseil de l’Union européenne se déroulera au premier semestre de 2022, le président de la République redoute un décrochage de l’Union européenne face à la concurrence américaine et chinoise. La France souhaiterait que l’Union européenne concentre ses investissements dans les secteurs stratégiques comme les semi-conducteurs, l’hydrogène ou la santé. « Demain, les semi-conducteurs, ce sera aussi important que le pétrole au XXe siècle. On en aura besoin partout. On ne peut pas dépendre entièrement des pays asiatiques », explique le Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire. De son côté, Clément Beaune, Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, évoque « une capacité d’investissement commune » aux Vingt-Sept. En outre, la France et l’Italie devraient solliciter une modification des règles du pacte de stabilité et de croissance. Les crédits du plan du relance européen devraient être disponibles au mois de juillet.

    Le Monde, 4 juin