Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Le MEDEF, le BDI et la Confindustria publient une position commune pour une relance européenne
    Ce mardi paraît, dans la presse européenne, une tribune signée par Geoffroy Roux de Bézieux, le président du MEDEF, Dieter Kempf, le président du BDI allemand, et Vincenzo Boccia, le président de la Confindustria italienne (équivalents du MEDEF en Allemagne et en Italie). Le texte présente une position commune pour peser sur les décisions des gouvernements quant au futur plan de relance européen. Les dirigeants plaident notamment pour des mesures massives représentant 5% du PIB chaque année, et pour des mécanismes budgétaires de solidarité en faveur des pays les plus fragiles. «La coopération européenne et internationale pour la sortie de crise et pour la reprise est indispensable», estiment-ils, exhortant «nos gouvernements et les institutions européennes à apporter une réponse d'une ampleur sans précédent». «L'encadrement temporaire des aides d'Etat doit être significativement renforcé pour permettre à nos pays de soutenir le retour à l'activité des entreprises. Au-delà du premier paquet de mesures sur les capacités de prêt de la BEI, de la Commission et du MES, nous appelons les dirigeants européens à approuver rapidement une proposition audacieuse pour le prochain cadre pluriannuel du budget européen, afin de créer un Fonds européen de relance de taille adéquate», poursuivent-ils. Les dirigeants font valoir également que «les nouvelles priorités politiques doivent désormais être effectivement financées. Notamment les ambitions pour une Europe plus verte, plus inclusive et innovante et plus souveraine. Nous exhortons nos gouvernements et les institutions européennes à s'appuyer sur le Green Deal pour donner un nouvel élan à la numérisation, mais également pour soutenir nos investissements dans les technologies clés et renforcer nos chaînes de valeur stratégiques». Geoffroy Roux de Bézieux, cité par Les Echos, souligne que «l'accord trouvé entre ces patronats des trois plus grandes puissances économiques européennes pour une relance concertée et solidaire est un signal fort adressé aux gouvernements».

    Les Echos du 12 mai
  • Industrie
    ATR envisage une réduction de sa production
    Stefano Bortoli, le CEO d’ATR, coentreprise entre Airbus et l’italien Leonardo, a déclaré à Reuters que l’entreprise se préparait à une réduction de sa production, pour faire face à une baisse de la demande en raison de la crise du coronavirus. Une décision sur l’ampleur de la réduction devrait être prise dans les prochaines semaines. En 2019, ATR a livré 68 appareils, contre 76 en 2018. Le groupe a cependant vendu 79 appareils l’an dernier, contre 52 en 2018.

    Reuters, La Tribune, Le Journal de l’Aviation et Air Journal du 12 mai
  • Industrie
    Safran lance une offre d'obligations d'environ 800 millions d'euros
    Safran annonce ce mardi le lancement d'une offre d'obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles et/ou existantes (OCEANE), à échéance 15 mai 2027, d'un montant nominal d'environ 800 millions d'euros. Le produit net de l'émission sera utilisé pour les besoins généraux de la société, précise Safran dans un communiqué.

    Les Echos du 12 mai
  • Industrie
    Covid-19 : l’industrie en passe de relever le défi des respirateurs
    Le consortium mené par Air Liquide, PSA, Valeo et Schneider Electric, qui réunit plus de 100 fournisseurs, devrait relever le défi de la production de 10 000 respirateurs, en réponse à la demande du gouvernement. «Grâce à sa mobilisation, le consortium est en mesure de produire près de 400 respirateurs par jour pour atteindre l’objectif des 10 000 respirateurs», déclare au Figaro un porte-parole d’Air Liquide. «Nous sommes en train de réussir ce grand pari industriel». Il a fallu pour cela coordonner 400 personnes qui ne se connaissaient pas et n’avaient jamais produit de respirateurs. L’approvisionnement des 300 composants nécessaires à chaque appareil représentait aussi un défi, souligne le Figaro : «des taxis ont fait l’aller-retour entre Roissy et notre usine d’Angers pour nous apporter en urgence des composants», rapporte au quotidien un cadre d’Eolane, «chaque fois qu’il nous en a manqué, il a fallu redessiner en urgence une nouvelle carte en tenant compte des composants disponibles».

    Le Figaro du 12 mai
  • Industrie
    Gulfstream triple sa flotte de G700 d'essais
    Gulfstream Aerospace a annoncé le 8 mai que les deuxième et troisième Gulfstream G700 ont réalisé leur premier vol, s'ajoutant ainsi à la campagne d'essais en vol du nouveau biréacteur de l'avionneur, qui a débuté le 14 février 2020. Désormais la flotte d'essais compte donc trois appareils, qui ont dépassé la centaine d'heures de vol cumulées. Le G700 devrait entrer en service en 2022.

    Air & Cosmos et Le Journal de l’Aviation du 12 mai
  • Industrie
    Leonardo annonce la certification de type de son M-345
    Leonardo a annoncé vendredi 8 mai que son jet d’entraînement de nouvelle génération M-345 a reçu sa certification initiale émise par la DAAA (Direction de l’armement aérien et de la navigabilité), l’autorité du ministère italien de la Défense. Le nouveau M-345, sur le point d’entrer en service avec l’armée de l’air italienne, est un appareil capable d’offrir des performances et une efficacité de type avion à réaction au prix d'un turbopropulseur, selon l'avionneur.

    Air & Cosmos du 12 mai
  • Industrie
    Le confinement a coûté près de six points de PIB à l'économie française
    Les deux mois de confinement ont coûté près de six points de produit intérieur brut à l'économie française, a estimé mardi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. «Ces deux mois nous ont coûté sur la croissance annuelle près de 6% de perte, déjà. La perte sur l'ensemble de l'année sera plus élevée que cela puisque pendant le redémarrage, l'activité reste partielle», a déclaré le gouverneur ce mardi sur France Inter. La Banque de France note toutefois une légère reprise de l’activité en avril, avec une perte d'activité de 27%, contre 32% en au mois de mars.

    Le Figaro, Le Monde et Les Echos du 12 mai
  • Industrie
    La Commission européenne autorise la France à soutenir ses PME exportatrices
    La Commission européenne a donné son accord au régime de garantie français destiné à soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) françaises dont les exportations souffrent de la pandémie de Covid-19. «Le régime de garantie français, qui devrait mobiliser 200 millions d’euros, soutiendra les exportations des petites et moyennes entreprises touchées par la pandémie de coronavirus. La mesure aidera ces entreprises à poursuivre leurs activités pendant la pandémie», a indiqué Margrethe Vestager, la vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence. Le dispositif sera accessible à toutes les entreprises exportatrices françaises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 1,5 milliard d’euros.

    Le Figaro du 12 mai
  • Industrie
    Le dispositif de prise en charge du chômage partiel va être progressivement réduit
    La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a confirmé, ce lundi, que le dispositif de prise en charge du chômage partiel allait être progressivement réduit à partir du 1er juin. «Aujourd'hui, il y a 12,2 millions de salariés qui sont couverts par le chômage partiel», soit «six emplois sur dix du secteur privé», a déclaré Mme Pénicaud sur LCI, mais désormais «les conditions de la reprise sont là. Donc il n'y a pas tellement de raison que ce soit l'Etat qui continue à payer l'intégralité des salaires de 12 millions de salariés en France», a estimé la ministre. «C'est pour ça qu'on va définir je pense dans la semaine quelle est la part de salaire que paiera l'entreprise», a-t-elle précisé, en indiquant que ce montant n'était «pas encore décidé». «Ce sera modeste dans un premier temps mais progressif», a-t-elle néanmoins promis.

    Le Figaro du 12 mai

Espace
  • Espace
    Le vaisseau cargo Cygnus NG 13 a quitté l'ISS
    Le vaisseau cargo Cygnus NG 13 de Northrop Grumman, développé par Orbital Sciences, équipé du module de service de Northrop Grumman et du module cargo pressurisé fourni par Thales Alenia Space, a été libéré le 11 mai après être resté amarré à la Station spatiale internationale durant 83 jours. L’appareil avait été expédié vers le complexe orbital le 15 février dernier, à l’aide d’un lanceur Antares 230+. Amarré trois jours plus tard au module Unity de l’ISS à l’aide du bras robotique canadien Canadarm2, le ravitailleur a permis la livraison d’environ 7 500 fournitures (soit 3,8 t de fret) à l’Expedition 62. Cygnus NG 13 a entamé sa mission secondaire, qui consiste à déployer une série de cubesats et à mener l'expérience de sécurité incendie des engins spatiaux Saffire-IV (Spacecraft Fire Experiment-IV). La désorbitation finale du vaisseau-cargo sera engagée le 29 mai prochain par les contrôleurs de vol de Northrop Grumman à Dulles, en Virginie.

    Air & Cosmos du 12 mai
  • Espace
    ArianeGroup : focus sur le centre d’Ottobrunn
    Air & Cosmos consacre un reportage au centre d’étude et de production d’Ottobrunn, près de Munich, l’un des quatre sites d’ArianeGroup implantés en Allemagne. Le site, qui regroupe 350 personnes dédiées au spatial, est partagé avec Airbus Defence and Space, co-fondateur d’ArianeGroup avec Safran en 2014. Les chambres de combustion des moteurs Vinci et Vulcain 2.1, qui équiperont les lanceurs Ariane 6 de 2021 à 2023, y sont déjà en cours d’assemblage. Ottobrunn est aussi un centre de recherche pour les technologies innovantes, telles que la combustion oxygène-méthane ou les nouveaux procédés de réalisation tels que l’impression 3D.

    Air & Cosmos du 8 mai
  • Espace
    Richard Branson souhaite vendre des millions d'actions Virgin Galactic pour renflouer son empire
    Le milliardaire britannique Richard Branson s'est dit ce lundi prêt à vendre quelque 25 millions d'actions Virgin Galactic, sa compagnie aérospatiale, pour renflouer d'autres pans de son empire affectés par la crise du Covid-19. «Virgin est prêt à utiliser tous les recours pour soutenir son portefeuille d'activités de loisirs, de vacances et de voyages qui ont été affectées par le choc sans précédent du Covid-19», fait savoir Virgin dans un communiqué. L'opération lui rapporterait environ 504 millions de dollars au cours de clôture de Virgin Galactic vendredi (20,10 dollars), selon Les Echos. Virgin Atlantic, la compagnie aérienne que Richard Branson a fondée en 1984 et dont il est actionnaire majoritaire à 51%, est fortement affectée par la crise.

    Les Echos du 12 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Réouverture des aéroports sous haute protection sanitaire
    Les aéroports français sont prêts à accueillir leurs premiers passagers post-confinement, avec des mesures inédites de sécurité sanitaire mises en œuvre. Le port du masque y est obligatoire. Aéroports de Paris distribue, depuis hier et jusqu’à demain, des masques gratuits. De nombreuses compagnies aériennes rendent le port du masque obligatoire à bord. Les installations aéroportuaires font l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection plusieurs fois par jour. A Paris-CDG, au nettoyage manuel de l’ensemble des points de contact (boutons d’ascenseurs, comptoirs, accoudoirs, etc.), s’ajoute un nettoyage et une désinfection automatisée par aspersion pour atteindre et désinfecter les zones les plus difficiles d’accès, rapporte Aerobuzz. L’aéroport de Nice s’est quant à lui équipé d’un robot autonome émettant une lumière UV virucide qui «permet d’administrer un traitement choc, éliminant quasiment 100% des bactéries et virus présents dans l’air ou sur les surfaces traitées». Son emploi est un préalable à la remise en service du terminal et précède les opérations régulières de nettoyage et de désinfection, dont il optimise les effets bénéfiques, précise la direction de l’aéroport.

    Le Figaro du 11 mai, Air Journal et Aerobuzz du 12 mai

international
  • international
    Le Royaume-Uni envisage des mises en quarantaine pour les arrivées en avion
    Pour éviter une deuxième vague de contamination par le nouveau coronavirus, le gouvernement britannique s'apprête à imposer, d'ici fin mai-début juin, une quarantaine de 14 jours à tous ceux arrivant par air dans le pays, y compris les Britanniques eux-mêmes, avec l'obligation de déclarer où ils séjourneront et la menace d'une amende de 1 000 livres ou d'une reconduite à la frontière. A ce stade, cependant, les voyageurs venant de France devraient être exemptés, selon un communiqué commun rendu public par Downing Street et l’Elysée dimanche soir. Dans une lettre au Premier ministre Boris Johnson, compagnies aériennes et aéroports britanniques demandent au gouvernement britannique de revenir sur cette décision «sans date de fin», «qui va aggraver une situation déjà critique pour l'aviation britannique». «Les gens vont tout simplement choisir de ne pas voyager depuis ou vers le Royaume-Uni» ce qui va rendre le secteur «incapable d'être compétitif» à l'heure où d'autres pays commencent à rouvrir leur économie, font-ils valoir.

    Le Monde du 11 mai et Les Echos du 12 mai