Synthèse de presse

international
  • international
    Mort de Chuck Yeager, premier aviateur à franchir le mur du son
    Charlie « Chuck » Yeager, légende américaine de l’aviation, est mort à l’âge de 97 ans, lundi 7 décembre. Pilote durant la Seconde Guerre mondiale, Chuck Yeager a fait son entrée dans l’histoire en franchissant le mur du son – atteint avec une vitesse au moins égale à celle de la vitesse du son, soit plus de 1 224& km/h – en 1947 à bord d’un appareil Bell X-1. Son exploit lui a valu le surnom de « fastest man alive » (l’homme vivant le plus rapide). Chuck Yeager a établi de nombreux records mais il a passé l’essentiel de sa carrière au sein de l’armée de l’air américaine dans les années 1950 et 1960. L’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a regretté une « perte énorme » et loué « son caractère pionnier et innovateur ».

    Le Monde du 8 décembre 2020

Industrie
  • Industrie
    Air Sénégal prend possession de son premier A321
    Dans son nouveau hub à l’aéroport de Dakar-Blaise Diagne, la compagnie nationale sénégalaise Air Sénégal a pris possession du premier des deux Airbus A321 pris en leasing chez Carlyle Aviation Partners. Auparavant opéré par Thomas Cook Airlines, il devrait entrer en service le 21 décembre en direction de l’aéroport de Conakry, en Guinée. Air Sénégal opère déjà deux A319, deux ATR 72-600 et deux A330-900neo (dont un loué chez Hi Fly), ainsi qu'un Boeing 737-500 également en leasing. Elle a de plus commandé huit A220-300, livrables à partir de l’année prochaine.

    Air Journal du 8 décembre 2020
  • Industrie
    Emirates reçoit son premier Airbus A380
    Emirates a réceptionné le premier Airbus A380 qu’elle devait recevoir en 2020. Il s’agit du 116e superjumbo de sa flotte. Emirates attend deux autres exemplaires. Pour cette livraison, la compagnie a choisi d’alimenter ses moteurs avec un mélange de carburant pour avion et de carburant durable.

    Journal de l’Aviation du 8 décembre 2020
  • Industrie
    Dassault Aviation dévoile son nouvel avion d’affaires, le Falcon 6X
    L’équipe d’assemblage final de Dassault Aviation à Bordeaux-Mérignac a ouvert le 8 décembre les portes du Hall Charles Lindbergh pour dévoiler au monde le tout nouvel avion de la maison Dassault et le plus moderne des jets d’affaires : le Falcon 6X. « Ce roll-out a quelque chose de particulier. Je suis très heureux de vous présenter le dernier- né de la famille Falcon, au design entièrement nouveau : le Falcon 6X à très large fuselage », a déclaré Éric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation et président du GIAS. « Les défis posés par la pandémie de Covid-19 ont exigé une persévérance et une coopération exceptionnelles de la part de Dassault et de ses entreprises partenaires. » Bien que les circonstances aient contraint l’entreprise à effectuer un lever de rideau « virtuel », l’événement a eu un retentissement international majeur. Clients et opérateurs du monde entier se sont connectés pour assister à la première apparition publique de cet avion.« Le Falcon 6X représente une avancée majeure pour les opérateurs de jets d’affaires à large fuselage », a poursuivi Éric Trappier. « Sa cabine primée - la plus large et la plus haute sous plafond - offre des standards d’espace, de confort, de productivité et de sécurité qui établissent de nouvelles références sur le segment des jets d’affaires à long rayon d’action. » Ce roll-out ouvre désormais la voie au programme d’essais au sol et aux nombreux tests systèmes devant être effectués avant le vol inaugural, prévu en début d’année prochaine.

    La Tribune du 9 décembre 2020
  • Industrie
    Covid-19 : comment Safran résiste à la crise
    Les Echos reviennent dans un article d’analyse sur la façon dont Safran a su encaisser le choc de la crise de la Covid-19, en étant notamment la première entreprise française à recourir au chômage partiel de longue durée, au mois de juillet. Un accord négocié avec les syndicats entraînant une réduction drastique des coûts a aussi permis à l’entreprise de dégager une marge opérationnelle de 10% en 2020. « Safran aura un cash-flow positif au second semestre. Le groupe a démontré sa résilience grâce à son mix produits, son exposition au secteur de la défense et à un portefeuille clients diversifié », expose Guillaume Hue, directeur associé au sein du cabinet Archery. Safran devra à l’avenir se pencher sur des défis technologiques tels que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui passe par le développement de carburant synthétique mais surtout par l’hydrogène. « Nous sommes un groupe d'ingénieurs et l'ingénieur est par définition cartésien. Aujourd'hui, le carburant synthétique paraît plus facile, plus rationnel et moins complexe à mettre en oeuvre. Pour autant, nous obligeons nos équipes à quand même travailler sur l'option de l'hydrogène et à ne pas trancher trop tôt », explique Philippe Petitcolin.

    Les Echos du 8 décembre 2020
  • Industrie
    Relance dans l'automobile et l’aéronautique : 287 projets déjà retenus
    Le gouvernement a retenu 287 projets dans le cadre des fonds de soutien aux secteurs automobiles et aéronautiques, représentant un investissement productif total de 605 millions d'euros, a annoncé, ce mardi 8 décembre, la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. La part de soutien de l'État à ces projets se monte à 257 millions d'euros, dont 139 millions pour l'automobile, et 118 millions d'euros pour l'aéronautique. « Trois mois après la présentation du plan France Relance par le gouvernement, la relance industrielle est en marche », s'est félicitée Agnès Pannier-Runacher lors d'un point presse. Tous secteurs confondus, 3 900 dossiers complets ont été déposés, 524 projets ayant d'ores et déjà été validés pour un soutien de l'État de 472 millions d'euros au total.

    Le Figaro du 8 décembre 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France : l’Etat français pourrait doubler sa participation
    L'Etat français devrait augmenter sa participation au capital du groupe Air France-KLM à environ 30%, soit le double de sa participation actuelle de 14% indique l’agence Bloomberg. Il pourrait réaliser un versement supplémentaire de 4 à 5 milliards d'euros dans le capital de la compagnie. Des discussions avec le gouvernement hollandais seraient en cours, selon l'agence de presse. L'Etat français souhaite notamment trouver un accord avant la fin de l’année. Les Pays-Bas détiennent de leur côté également 14% du capital de la compagnie après une montée au capital début 2019.

    Zonebourse du 8 décembre 2020

Compétitivité
  • Compétitivité
    Litige Airbus-Boeing : le Royaume-Uni suspendra en janvier les surtaxes sur les produits américains
    Le Royaume-Uni suspendra à compter du 1er janvier les surtaxes douanières sur les produits américains imposées dans le cadre du litige sur les subventions accordées à Boeing et Airbus, a annoncé, le 8 décembre, le ministère du Commerce, Liz Truss. « Au bout du compte, nous voulons une désescalade du conflit et parvenir à un accord négocié afin de pouvoir renforcer notre relation commerciale avec les Etats-Unis et tirer un trait sur tout cela », a déclaré dans un communiqué Liz Truss. Si le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne en janvier dernier, les termes de l’accord de Brexit prévoient une période de transition de onze mois qui a contraint Londres à se joindre à Bruxelles dans l’imposition de surtaxes sur 4 milliards de dollars de produits américains. Le Royaume-Uni a fait savoir qu’il suspendait ces surtaxes pour tenter de convaincre les Etats-Unis de sceller un accord commercial, tout en indiquant qu’il pourrait les réinstaurer faute de « progrès satisfaisants » dans les négociations.

    Les Echos Investir du 9 décembre 2020

Défense
  • Défense
    La France va se doter d’un nouveau porte-avions à propulsion nucléaire
    La France va se doter pour 2038 d’un nouveau porte-avions à propulsion nucléaire, a annoncé le 8 décembre le président de la République, Emmanuel Macron. Pour pouvoir accueillir 30 futurs avions de combat embarqués (NGF) dans le cadre du programme SCAF et 2 000 marins (contre 42 Rafale et 2 000 marins actuellement sur le Charles de Gaulle), le successeur du porte-avions de la marine nationale, qui aura une longueur de 300 mètres et une largeur de 40 mètres, disposera d'un déplacement de 75 000 tonnes. Soit une augmentation de plus de 60% par rapport au Charles de Gaulle (42 500 tonnes).

    Le Monde du 8 décembre 2020 - La Tribune du 9 décembre 2020