Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    Interruption de la synthèse de presse pendant les fêtes de fin d'année
    Notre synthèse de presse s’interrompt pendant les fêtes. Nous vous donnons rendez-vous lundi 4 janvier 2021. Les équipes du GIFAS vous remercient de votre fidélité et vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d’année.


Environnement
  • Environnement
    L'hydrogène, nouvelle révolution de l'aviation
    Les Echos consacrent un article à l’hydrogène, nouvelle mutation majeure annoncée pour l’aviation. En septembre, Airbus a dévoilé trois concepts d'avions à hydrogène : un avion régional à hélices de 100 sièges, propulsé par des moteurs électriques alimentés par une pile à combustible ; un court-courrier de type A320, pouvant emporter jusqu'à 200 passagers sur 3 500 km ; et enfin une aile volante d'environ 200 passagers. A l'horizon 2050, 40% de la flotte européenne court et moyen-courrier pourrait s'être convertie à l'hydrogène, estime une étude du programme européen Clean Sky 2. L'hydrogène devrait permettre de réduire de 50% à 70% l'impact du transport aérien sur le climat. «Du point de vue du motoriste, brûler de l'hydrogène ou des carburants de synthèse plutôt que du kérosène ne présente pas de problème majeur», estime Stéphane Cueille, Directeur groupe R&T et Innovation de Safran, «même si des adaptations sont nécessaires, le moteur reste le même à 90%. Les principales difficultés sont plutôt au niveau du stockage et du circuit de distribution du carburant à bord». L’hydrogène sous sa forme liquide nécessite des réservoirs quatre fois plus vastes que le kérosène, pour un rendement équivalent, et possédant une isolation permettant de le maintenir à -253 °C. Afin de mettre sur le marché un premier avion décarboné en 2035, les choix technologiques devront être arrêtés dès 2025. «Cela revient à sauter une génération d'avions, en faisant en quinze ans ce qui aurait pris trente ans autrefois, mais cela n'a rien d'impossible», estime Philippe Beaumier, directeur pour l'aéronautique civile à l'ONERA. Glenn Llewellyn, vice-président du projet «zéro-émission» d’Airbus, explique : «Cinq ans, c'est le temps de travail nécessaire pour choisir les solutions technologiques les plus adaptées et réduire la masse de l'avion, afin de rendre le projet économiquement viable, c'est pourquoi nous avons voulu communiquer sur nos projets d'avions à hydrogène dès maintenant. Afin de donner l'impulsion nécessaire à la mise en place d'un écosystème autour de l'hydrogène et de pouvoir disposer de suffisamment d'hydrogène à un prix raisonnable à l'horizon 2030».

    Les Echos du 22 décembre
  • Environnement
    Le salon Aero Friedrichshafen 2021, sous le signe de l’électrique
    L’édition 2021 du salon Aero Friedrichshafen (Allemagne), qui doit se dérouler du 21 au 24 avril 2021, sera placée sous le signe de l’aviation électrique. Le salon dédie un espace à l’aviation électrique, l’«e-flight expo», qui devrait être l’occasion de faire le point sur l’ensemble des initiatives en la matière. L’aéroport de Friedrichshafen, adjacent au parc des expositions, a lancé un projet pilote pour évaluer la possibilité de mettre en place des stations de recharge pour les avions à propulsion électrique. L’objectif est de mettre en place une telle station de recharge d’ici le début du prochain salon Aero 2021, en réponse à la demande de pilotes suisses qui aimeraient se rendre à Friedrichshafen (EDNY) en avions électriques, notamment en Pipistrel Velis Electro, utilisés à des fins de formation en Suisse, indique Aerobuzz.

    Aerobuzz du 22 décembre

Industrie
  • Industrie
    Uganda Airlines reçoit son premier A330neo
    Le transporteur national Uganda Airlines a pris livraison de son premier A330neo. Il s'agit du premier appareil Airbus livré à Uganda Airlines, qui a été créée en 2019. L'A330neo permettra à la compagnie aérienne de lancer ses opérations à long terme avec des vols intercontinentaux sans escale vers le Moyen-Orient, l'Europe et l'Asie. Le nouvel A330neo peut accueillir un total de 258 passagers dans une configuration à trois classes. Il s’agit d’«un véritable avion de nouvelle génération, qui reprend les caractéristiques du populaire A330 et utilise une technologie développée pour l'A350», précise Airbus. Propulsé par les derniers moteurs Trent 7000 de Rolls-Royce et doté d'une nouvelle aile à l'envergure accrue et de «Sharklets» inspirés de l'A350, l'A330neo «offre un niveau d'efficacité sans précédent», souligne l’avionneur. L'avion consomme 25% de carburant en moins par siège que ses concurrents de la génération précédente.

    Le Journal de l’Aviation du 22 décembre
  • Industrie
    Quel marché pour les eVTOL ?
    Aerobuzz consacre un article aux progrès des appareils électriques à décollage et atterrissage vertical (eVTOL). Airbus Helicopters a poursuivi en 2020 les essais du quadriplace CityAirbus. De jeunes pousses telles que Volocopter ou Helicoptères Guimbal réalisent des levées de fonds et des démonstrations, mais les problèmes technologiques, pratiques, de sécurité et d’acceptation sociale semblent considérables, en regard de la taille du marché. Le CEO d’Airbus, Guillaume Faury, expliquait toutefois en novembre 2020 qu’être présent dans les eVTOL permet d’expérimenter des technologies nouvelles, à peu de frais : ces petits objets volants peuvent servir de support à des développements susceptibles d’être exploités pour les avions de ligne.

    Aerobuzz du 22 décembre
  • Industrie
    Boeing 737 MAX : un rapport du Congrès dénonce une «préparation inappropriée» des pilotes
    Selon un rapport publié vendredi 18 décembre par le Congrès américain, les responsables de Boeing auraient «préparé de manière inappropriée» les pilotes d’essai avant de passer les tests pour obtenir une nouvelle certification pour le B737 MAX. Le rapport, qui met également en cause la FAA, affirme que les responsables de l'avionneur et du régulateur «ont établi un résultat prédéterminé pour réaffirmer une hypothèse de longue date sur le facteur humain lié au temps de réaction du pilote. Il semble que, dans ce cas, la FAA et Boeing aient tenté de dissimuler des informations importantes qui auraient pu contribuer aux tragédies du 737 MAX». Le document questionne également les contrôles effectués cette année sur le système de sécurité MCAS. Boeing a déclaré prendre «les conclusions de la commission au sérieux» et vouloir «examiner le rapport dans son intégralité». La FAA a, quant à elle, indiqué qu'elle «examinait attentivement le document, dont le comité reconnaît qu'il contient un certain nombre d'allégations non fondées».

    L’Opinion du 20 décembre

Espace
  • Espace
    Thales Cryogenics et Airbus Defence and Space ont signé un contrat portant sur la fourniture des cryorefroidisseurs du satellite TRISHNA
    Thales Cryogenics, leader européen des technologies cryogéniques et fournisseur de cryorefroidisseurs, et Airbus Defence and Space ont signé un contrat portant sur la fourniture des cryorefroidisseurs du satellite franco-indien TRISHNA (Thermal infraRed Imaging Satellite for High-resolution Natural resource Assessment). Il s’agit du premier contrat signé pour le nouveau cryorefroidisseur LPT6510, développé sur fonds propres provenant de Thales Cryogenics et de son partenaire Absolut System, spécialiste des technologies cryogéniques. Le cryorefroidisseur LPT6510 «servira à refroidir le détecteur infrarouge de l’instrument thermique de TRISHNA jusqu’à une très basse température, pour des performances optimisées», précise Thales. TRISHNA est une mission conjointe de l’ISRO, agence spatiale indienne, et du CNES. En tant que maître d’oeuvre, l’ISRO fournit la plate-forme du satellite et son instrument d’observation optique et infrarouge à ondes courtes. Airbus Defence and Space développe pour le compte du CNES l’instrument infrarouge thermique. TRISHNA exploitera l’imagerie infrarouge thermique pour aider à mieux comprendre le cycle de l’eau sur Terre, afin d’optimiser la gestion des ressources hydriques et de mieux connaître les incidences du changement climatique. Le lancement du satellite est prévu à la fin 2024.

    ZoneBourse.com du 22 décembre
  • Espace
    Focus sur FROG, démonstrateur d’algorithmes pour lanceurs réutilisables
    Afin de développer de futurs lanceurs réutilisables, le CNES a initié le démonstrateur FROG (pour «FROG, a Rocket for GNC demonstration»). Il s’agit d’un démonstrateur à petite échelle de concepts VTVL (Vertical Take-off, Vertical Landing ou Décollage vertical, Atterrissage vertical). Il a pour but de tester en vol des algorithmes GNC : Guidage, Navigation et Contrôle, de lanceurs réutilisables. Une fois validées, ces nouvelles solutions pourront être intégrées dans des architectures plus importantes comme les démonstrateurs réutilisables Callisto et Themis. Tout l'intérêt de FROG, explique Jérémie Hassin, chef du projet FROG au CNES, est «l'apprentissage par l'expérimentation : on développe, on fabrique, on teste, on corrige. C'est une approche itérative poussée à l'extrême sur des démonstrateurs de très petite échelle». Les premiers tests en vol ont mis en évidence «de nombreux problèmes mineurs qui n'auraient pas pu être identifiés autrement». Avec FROG, certaines parties du GNC et du programme de vol de Themis et de Callisto pourront être testées en vol, de façon à réduire les risques de développement.

    Futura-Sciences du 22 décembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    15 milliards de dollars pour les compagnies américaines
    Les compagnies aériennes américaines vont recevoir 15 milliards de dollars, dans le cadre du plan de soutien à l’économie de 900 milliards de dollars approuvé par le Congrès américain, le 20 décembre 2020. Cette nouvelle aide publique s’ajoute aux 25 milliards de dollars débloqués en mars dernier. Les aéroports devraient recevoir 2 milliards de dollars en plus des 335 millions accordés en septembre à 80 plateformes dans 25 États, au titre de subventions pour la sécurité et les infrastructures aéroportuaires par l’intermédiaire de la FAA. Les sous-traitants des compagnies aériennes devraient bénéficier d’un milliard de dollars.

    Air Journal du 22 décembre
  • Aviation Commerciale
    Vol inaugural d’OWG
    La compagnie canadienne OWG, filiale de Nolinor Aviation, a effectué son vol inaugural vendredi 18 décembre, reliant Toronto à Cuba. Ce premier vol, initialement programmé pour le 1er septembre, a été retardé en raison des conséquences de la crise sanitaire. Nolinor Aviation a acquis trois Boeing 737-400 pour OWG, qu’elle a notamment équipés des TiSeat E2 d’ExpliSeat. OWG devrait desservir notamment les destinations Caraïbes.

    Le Journal de l’Aviation du 22 décembre