Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    Le GIFAS et Régions de France s’associent pour lancer l’évènement AéroRégions 2021
    Pour la première fois, le GIFAS et Régions de France organisent conjointement un grand rendez-vous de l'aéronautique et des régions. Au Delivery Center d'Airbus de Colomiers (Haute-Garonne) se réunissent le patron d'Airbus, Guillaume Faury, également président du GIFAS, les représentants des grands équipementiers aéronautiques, les sous-traitants de premier ordre et les présidents des régions Occitanie, Sud, Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes. La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, à la tête depuis cet été de Régions de France, a soutenu l’organisation de l’évènement. Dans son communiqué, le GIFAS explique que « dans un contexte de rebond de l’aéronautique civile, les actions régionales conjointement avec celles du GIFAS sont nombreuses et se sont accélérées pour répondre aux grands défis de la filière ». Pour Guillaume Faury, « la crise de la COVID-19 a d’autant plus démontré la nécessité d’une représentation du GIFAS plus forte en régions. L’industrie aéronautique et spatiale représente en effet 194 000 emplois directs au sein de toutes les régions métropolitaines ». Il s’agit en effet de permettre aux acteurs de dialoguer sur les questions de formations et d’emploi, où les régions ont un rôle important à jouer, et sur les défis d’avenir tels que la décarbonation, l’aviation durable et les biocarburants. La question du soutien financier de l’Etat a aussi été évoquée. Une belle occasion de voir les acteurs de la filière échanger de manière constructive.

    France Bleu Occitanie du 17 novembre

Industrie
  • Industrie
    Satcom : Thales Alenia Space fabriquera des satellites pour SES
    Après les commandes de la part de l’opérateur télécom italien (Sicral 3) et du satellite indonésien PT Telkom Satelit Indonesia (Telkomsat), Thales Alenia Space (TAS) fabriquera également les satellites de télécoms géostationnaires ASTRA 1P et ASTRA 1Q pour le compte de l'opérateur luxembourgeois de satellites SES. La société a annoncé ce jeudi avoir signé un contrat avec SES portant sur la fourniture de deux satellites de télécoms entièrement électriques en bande Ku. Ils devraient être lancés en 2024. « Ces deux satellites apporteront la résilience, la fiabilité et la redondance que nos clients vidéo plébiscitent, et pourront continuer de livrer des services premium jusqu'à l'horizon 2040 », a assuré le directeur général de SES, Steve Collar. Si ASTRA 1P sera fabriqué à partir de la plateforme 100% électrique Spacebus NEO déjà éprouvée en orbite, ASTRA 1Q sera quant à lui le premier satellite conçu à partir de la nouvelle ligne de produit Space Inspire. « Nous allons répondre aux besoins de notre client en lui offrant notre ligne de produit entièrement électrique et éprouvée Spacebus NEO, ainsi que notre solution définie par logiciel Space Inspire embarquant des innovations majeures pour s'adapter à l'environnement des satcoms de nouvelle génération », a expliqué le PDG de TAS, Hervé Derrey. La ligne de produit Space Inspire comporte de nouvelles conception et architecture, adaptée à l'environnement des satcoms de nouvelle génération.

    La Tribune du 18 novembre
  • Industrie
    L’Indonésie commande deux Airbus A400M
    Mercredi 17 novembre, Airbus a annoncé avoir reçu une commande de deux A400M, son avion de transport militaire, auprès du ministère indonésien de la Défense. « Ce contrat qui prendra effet en 2022 portera à dix le nombre de pays qui opèrent l'A400M », a indiqué Airbus. Les neufs autres pays sont l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Espagne, la Turquie, la Belgique, la Malaisie, le Luxembourg et le Kazakhstan. « L'accord prévoit en outre un ensemble complet de prestations de maintenance et de formation », a ajouté le groupe. Le ministère de la Défense indonésien a également signé une lettre d'intention portant sur une future acquisition de quatre A400M supplémentaires. « L'A400M fournira aux forces aériennes indonésiennes la plateforme idéale pour transporter des charges lourdes et volumineuses dans des zones reculées et il augmentera ses moyens de projection aérienne grâce aux capacités de ravitaillement en vol », a indiqué Michael Schoellhorn, président exécutif d'Airbus Defence and Space. A l’issue du Dubaï Airshow 2021, Airbus a annoncé avoir reçu des commandes et des engagements pour un total de 408 appareils (269 commandes fermes et 139 engagements). Les accords couvrent toute la gamme des familles d'avions commerciaux, y compris un premier engagement pour le dérivé de l'avion-cargo A350F.

    Reuters et Les Echos Investir du 18 novembre
  • Industrie
    Fregate s’agrandit en acquérant le groupe TFCM
    Le groupe ardéchois Fregate vient de racheter TFCM, groupe vendéen spécialisé dans la tôlerie pour les secteurs ferroviaire, aéronautique et les bus. Actée le 9 novembre 2021, l’acquisition permet à Fregate de doubler de taille : le groupe compte désormais 550 salariés pour un chiffre d’affaires de plus de 50 M€. Grâce à cette croissance externe, le groupe consolide son activité dans l’aviation commerciale, et s’oriente vers une diversification de marché prometteuse avec les transports ferroviaires et urbains de demain. « C’est depuis 2019 (…) que Fregate envisage de rééquilibrer son activité vers des marchés décarbonés. Avec TFCM, tout convenait : un ancrage aéronautique complémentaire et une diversification sur des activités terrestres électriques. Ajouté à cela un site bien implanté au Maroc. (…) Il fallait y aller! Le COVID ne nous a pas arrêtés » a commenté dans un communiqué Frédéric Guimbal, gérant de Fregate.

    La Nouvelle République du 18 novembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le nombre de vols outre-Atlantique se rapproche des chiffres de l’avant-pandémie
    La réouverture des frontières américaines aux passagers vaccinés et testés de 33 pays, dont les pays européens, produit déjà des effets positifs pour les compagnies aériennes. Jusque-là, le fret a permis de limiter les pertes, voire d’équilibrer certaines lignes aériennes vers l’Amérique du Nord. Anne Rigail, directrice générale d’Air France, anticipe que « d’ici à la fin mars, nous reviendrons progressivement à 90% de nos capacités de 2019 », soit 122 vols par semaine. Les destinations les plus demandées sont New York et Miami. Le nombre de réservation de voyageurs d’affaires reste encore en-deçà des chiffres. Du côté de la direction du transporteur français La Compagnie, on relève que « la vélocité des réservations sur novembre-décembre est de 70% supérieure à celle de novembre-décembre 2019, ce qui est de bon augure pour un rattrapage des réservations en longue anticipation qui n’ont pas été faites en 2021 en raison de l’incertitude pandémique ».

    Le Point du 17 novembre
  • Aviation Commerciale
    Fusion possible entre Air Austral et Corsair
    En dépit de chiffres encourageants, le secteur aérien n’est pas encore sorti de la crise. Celle-ci affecte particulièrement les compagnies spécialisées dans l’outre-mer, mises en difficulté par la chute du tourisme vers leurs destinations. C’est le cas d’Air Austral, qui a perdu 76 M€ entre avril 2020 et mars 2021 et dont le chiffre d’affaires a chuté de 55% en mars 2021. Malgré une taille plus importante, Corsair est également à la peine. Le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, a ainsi évoqué à l’Assemblée nationale l’option d’un rapprochement entre les deux sociétés : « 100M€ d’aide de trésorerie » ont été mobilisés pour sauver Air Austral d’après le ministre, mais cela n’a pas suffi. « Il faut trouver une solution rapidement», explique un connaisseur du dossier. Devant l’Assemblée, le ministre a précisé que cette option « aurait le mérite de préserver une identité réunionnaise et l’implantation locale ». Mais ce projet de rapprochement suscite d’ores et déjà l’hostilité à La Réunion, où l’on anticipe un plan d’économie qui pèsera sur les salariés d’Air Austral. Conscient de la sensibilité du dossier, Olivier Dussopt a précisé que cette opération doit s’effectuer « avec les autres actionnaires et dans le cadre des règlements européens ».

    Le Figaro du 18 novembre

Emploi
  • Emploi
    Airbus annonce un nouveau centre d’assemblage en région Sud
    Lundi 22 novembre, un nouveau centre d’assemblage de boîtes de transmission sera inauguré sur la plateforme aéroportuaire de Marignane. Cette inauguration coïncidera avec le lancement de la semaine nationale de l’industrie, et se déroulera en présence du préfet de la région Sud ainsi que du président de Région. Airbus a salué « une évolution importante pour ce site industriel capital, qui conforte l’ancrage d’Airbus dans notre région, et les emplois qui y sont directement rattachés ». L’Etat et la région soutiennent Airbus sur « ses investissements à la pointe de la technologie », détaille l’avionneur, qui promet « un nouvel environnement d’usine intelligente ».

    La Marseillaise du 16 novembre

Espace
  • Espace
    Le Nigéria veut acquérir des nanosatellites pour observer la Terre
    L’Agence nationale de recherche et de développement spatial nigériane (NASRDA) et la société française Prométhée ont signé une lettre d’intention posant les bases d’une coopération couvrant le domaine des systèmes de constellations de nanosatellites d’observation de la Terre. L’objectif pour le Nigeria est d’améliorer sa gestion des besoins en matière agricole et de sécurité. À partir d’autres sources, l’agence spatiale nigériane fournit déjà aux forces de sécurité des images satellitaires permettant de traquer les djihadistes de Boko Haram ou les groupes terroristes qui sévissent dans le pays. « Nous voulons diviser par quatre le coût des données spatiales d’observation de la Terre pour des applications dans l’agriculture, l’environnement, la surveillance de l’eau, la ville intelligente… », explique Olivier Piepsz, président de Prométhée. Le Nigéria, l’Afrique du Sud et l’Égypte comptent parmi les poids lourds du continent dans le domaine spatial. L’Égypte accueillera le siège de l’Agence spatiale africaine dès cette année. A travers des coûts modérés d’exploration spatiale, l’objectif est de proposer aux pays d’Afrique et d’Amérique latine des constellations de nanosatellites d’observation de la Terre et des plateformes d’analyse.

    Le Point du 17 novembre

Innovation
  • Innovation
    Airbus, Thales et Diehl s’allient pour le projet de taxi volant
    Le 17 novembre, Airbus a annoncé la signature d’un accord trilatéral avec Thales et Diehl dans le cadre des commandes de vol électriques du CityAirbus NextGen, futur taxi volant dont le premier vol est prévu en 2023. Le système sélectionné par Airbus associe Thales et Diehl, Thales fournissant les calculateurs de commandes de vol primaires tandis que Diehl fournira les calculateurs secondaires. 100% électrique, le CityAirbus Next Gen devrait pouvoir transporter jusqu'à quatre passagers pour effectuer des missions au sein des grandes agglomérations, avec zéro émission. Cet aéronef « nouvelle génération » devrait permettre une autonomie de 80 km et atteindre une vitesse de croisière de 120 km/h. Le premier vol d'un prototype est prévu pour 2023. « Nous sommes ravis que notre coopération étroite avec Airbus et Diehl se matérialise une nouvelle fois au travers de cet accord, ouvrant la voie d'une nouvelle dimension de la mobilité », a souligné Yannick Assouad, Directrice générale adjointe avionique de Thales. Jörg Müller, responsable du département de Mobilité aérienne urbaine (UAM) d'Airbus, s’est lui aussi félicité de cet accord, expliquant : « Airbus est en quête de partenaires industriels potentiels pour concevoir et construire un véhicule optimisé permettant un transport aérien sûr et efficace en environnement urbain. Avec des entreprises telles que Thales et Diehl, nous avons désormais deux excellents partenaires offrant une expertise de haute volée ».

    Zonebourse et Boursier du 17 novembre
  • Innovation
    Demgy se démarque avec une chaussure innovante
    Anciennement dénommée Dedienne Multiplasturgy, l’entreprise Demgy, spécialisée dans la création de plastiques et composites durables notamment pour le secteur aéronautique, vient d’innover en créant une chaussure de foot « révolutionnaire ». La marque de Decathlon Kipsta a choisi la société de plasturgie Demgy, en Loire-Atlantique, pour concevoir cette chaussure conçue en une seule pièce plastique et 100% recyclable. « Cela fait trois ans qu’on travaille avec Decathlon sur ce projet », indique Ophélie Westphal, responsable R&D chez Demgy. « Il a fallu une cinquantaine de prototypes pour en arriver au modèle de production que nous avons aujourd’hui ». Pour réaliser cette prouesse technique, Demgy a utilisé le procédé « NetShape ». Ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de phase de vissage ou de collage. Pour un délai de production réduit, avec beaucoup moins de main-d’œuvre et d’intermédiaires. Made in France et éco-conçue, la chaussure conçue par Kipsta est unique au monde, tout comme son procédé de fabrication. La Traxium Compressor devrait être vendue environ 90€. Un tarif haut de gamme pour Kipsta, qui s’engage à ce que 80% de son offre textile soit éco-conçue en 2022.

    20minutes du 10 novembre

Compétitivité
  • Compétitivité
    Le Club Sud Drone veut être une vitrine de l'excellence régionale
    Le 8 novembre, à Pourrières (Var), le Centre régional de ressources drone (C2RD), qui propose aux acteurs de la filière drone un cadre complet d'essais multi-milieux, a signé une convention de partenariat avec le pôle de compétitivité Safe et le Club Sud Drone. « L'objectif est de faire la preuve de la capacité de nos entreprises à répondre à des problématiques de sécurité par des solutions multi-vecteurs, comme des drones de surface, des drones aériens et des sous-marins », explique Bernard Kleynhoff, président de la Commission développement économique et digital, industrie, export et attractivité au conseil régional. Le Club Sud Drone ambitionne de positionner la région comme un leader européen du secteur des drones : « Nous disposons d'une filière structurante avec un potentiel de développement industriel incroyable (…) Nous avons de grands acteurs aéronautiques, comme Airbus Helicopters, mais aussi des pépites et des pôles de compétitivité (…). Enfin, nos industriels bénéficient de plateformes de tests et d'essais uniques au monde », détaille Bernard Kleynhoff. Prochaine étape : continuer à travailler, à démontrer ce que les entreprises régionales savent faire et répondre aux futurs appels d'offres du Comité de sécurité des Jeux Olympiques 2024.

    Le Journal des Entreprises du 16 novembre