Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Les Emirats Arabes Unis signent un contrat historique avec Dassault Aviation
    Dans le cadre de la visite du président Macron entamée ce vendredi aux Émirats Arabes Unis (EAU), un contrat majeur a été signé portant sur l’acquisition de 80 Rafale pour équiper l’Armée de l’Air des EAU. Le montant du contrat s’élève à plus de 16Md€, dont 14 Md€ pour les Rafale au standard F4 fabriqués par Dassault Aviation, et 2 Md€ pour les armements fournis par MBDA. Au total, il s’agit du plus important contrat d'armement jamais signé par la France au cours de la Vème République. Et les exportations d'armes françaises en 2021 vont atteindre un record historique d’environ 28 Md€ en 2021. « Après les Mirage 5 et les Mirage 2000, ce contrat Rafale vient consacrer la relation stratégique qui unit nos deux pays et la satisfaction de l’Armée de l’Air des Émirats Arabes Unis, partenaire historique et exigeant de notre société (…) Ce contrat est une très bonne nouvelle pour la France et pour son industrie aéronautique, pour tout l’écosystème des 400 entreprises, grandes et petites, qui contribuent au Rafale : ce sont des milliers d’emplois qui sont assurés dans la prochaine décennie pour notre secteur » a déclaré Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Le président Macron, la ministre des Armées Florence Parly et le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ont en effet beaucoup œuvré pour obtenir ces contrats. Les livraisons débuteront à partir de 2026 avec des Rafale F4.1, et courront jusqu'à la fin de l'année 2030. Les Émirats Arabes Unis, 7e pays à voler sur Rafale, ont choisi le standard F4, même appareil dont l'armée de l'air française sera dotée d’ici à 2025. Au-delà du contrat de fourniture des Rafale et des armements, la France et les EAU ont signé deux arrangements techniques pour accompagner l'armée de l'air émirienne. Le président poursuivra sa visite vers Doha pour s'entretenir avec le cheikh Tamim puis, samedi matin, à Djeddah en Arabie saoudite pour échanger avec le prince héritier saoudien, Mohamed Ben Salmane.

    Ensemble de la presse du 3 décembre
  • Industrie
    Les Emirats Arabes Unis commandent 12 Caracal à Airbus Helicopters
    Un contrat visant la fourniture de douze Caracal aux Émirats Arabes Unis (EAU) a été signé et annoncé ce vendredi lors de la visite d'Emmanuel Macron aux EAU, pour un montant estimé entre 750 et 800 M€. A l'image des 80 Rafale F4, ces appareils seront très proches du standard français. Une grande partie de la production aura lieu sur son principal site de production, Marignane (Sud), où est assemblé le H225M (Caracal). Le constructeur pourrait également avoir la confirmation en Arabie Saoudite d'une commande d'hélicoptères légers (entre 30 et 50 appareils) par le fond souverain saoudien Public Investment Fund (PIF). Airbus Helicopters fera face à une charge industrielle importante à partir de 2022 et jusqu'en 2024, en raison d'un niveau élevé de commandes. Le constructeur enchaîne en effet les commandes et les prospects, actuellement en France, en Espagne, en Allemagne, en Grande-Bretagne et au Maroc.

    La Tribune du 3 décembre

international
  • international
    L'aéronautique russe tente de rattraper Airbus et Boeing
    La Russie s'apprête à certifier son premier avion moyen-courrier civil, le MC21, « 100% made in Russia » depuis plus de vingt ans. Le holding d'Etat United Aircraft Corporation (UAC), OAK en russe, a annoncé jeudi sa fusion avec les avionneurs Sukhoi et MiG, en vue de créer une unique entité en charge de l'ensemble des programmes aéronautiques civils. UAC est rattachée depuis 2018 au consortium industriel public Rostec, et regroupait déjà sous son autorité tous les avionneurs russes (Sukhoi, MiG, Tupolev, Illouchine et Irkut). Toutefois, ces différents avionneurs avaient réussi, jusqu'à présent, à conserver une certaine autonomie. C’est l'avionneur Irkut qui a été chargé de lancer le MC21, ainsi qu'un projet d'avion long-courrier. Son actuel patron, Andrei Boginsky, pourrait se retrouver à la tête d'une UAC renforcée en tant que directeur général. L'objectif affiché par les autorités russes est de constituer un ensemble industriel suffisamment puissant et intégré pour pouvoir rivaliser sur le marché de l'aéronautique civile mondiale, avec Boeing et Airbus.

    Les Echos du 3 décembre

Compétitivité
  • Compétitivité
    Air Support reçoit sa certification OEA
    Jeudi 2 décembre, Air Support a reçu la certification OEA à Pujaudran, en présence de Sabine Tertre, Présidente d’Air Support et de Philippe Maslies-Latapie, Chef du Pôle d'Action Économique (PAE) de la Direction Régionale des Douanes de Toulouse. Air Support, société de maintenance (MRO) spécialisée dans la réparation et l’entretien d’équipements aéronautiques embarqués, devient ainsi 4ème entreprise du Gers à accéder à ce statut : « nos ambitions de développement sur les marchés export nous ont amenés à travailler sur l’optimisation de notre organisation et de nos procédures. Ce label nous procure un avantage compétitif majeur face à nos concurrents à l‘international » a expliqué Sabine Tertre. Le statut d’OEA permet à toute entreprise exerçant une activité liée au commerce international d’acquérir un label de qualité sur les processus douaniers et sécurité-sureté qu’elle met en œuvre.

    Aerobernie du 2 décembre
  • Compétitivité
    Safran s’inspire de l’automobile pour produire ses moteurs électriques
    Safran va ouvrir au deuxième trimestre 2022 une ligne d’assemblage automatisée pour sa gamme de moteurs électriques ENGINeUS. Celle-ci sera inspirée des méthodes de l’automobile. Le motoriste table sur une centaine d’exemplaires produits l’an prochain, et l’emplacement de la nouvelle installation industrielle n’est pas encore défini. Avec cette gamme de moteurs électriques, Safran espère gagner du terrain sur le segment de l’électrification des petits aéronefs, des drones de grande taille et des appareils électriques à voilure fixe en passant par les avions à décollage et atterrissage vertical (VTOL). « Cette ligne sera largement inspirée des méthodes issues de l’automobile, confirme Hervé Blanc, directeur général de la division systèmes électriques de Safran Electrical & Power. Nous avons développé des technologies produits modulaires qui vont permettre un haut niveau d’automatisation de la production ». Cette quête de compétitivité permettra aussi à Safran de soutenir la relance du niveau de production, et de rester ambitieux en matière d’électrification des petits aéronefs.

    L’Usine Nouvelle du 2 décembre

Défense
  • Défense
    Le drone de combat furtif RQ-180 officiellement dévoilé
    Dans une vidéo publiée récemment, l’US Air Force a dévoilé ce qui pourrait probablement être le drone de combat le plus important de sa génération : le RQ-180. Appartenant à la classe des drones HALE (haute altitude longue endurance), le RQ-180 afficherait une autonomie approchant les 36 heures, un double système de propulsion avec entrée d’air dorsale, et une cellule fortement similaire à celle du X-47B sans empennage arrière. Dans la vidéo, l’USAF révèle les premières images de ce qui pourrait être le RQ-180, surnommé « White Bat » (chauve-souris blanche). USAF a d’ailleurs recréé en 2019 le 74e escadron de reconnaissance sur la base aérienne de Beale (Californie) avec un insigne représentant une chauve-souris blanche. Le concept de furtivité a été très largement exploré aux Etats-Unis pour les bombardiers stratégiques tels le B-2A Spirit de Northrop ou le F-117 de Lockheed Martin, puis pour les chasseurs comme le F-22, les premiers drones mis en service autour des années 2000 devaient surtout permettre une bonne permanence sur zone.

    Air & Cosmos du 2 décembre
  • Défense
    Le spatial-militaire, un nouveau champ de bataille
    Tandis que les tensions dans le domaine spatial s’accroissent à l’échelle mondiale, la France a investi résolument dans le secteur, ambitionnant de devenir la seconde puissance militaire occidentale du domaine, derrière les Etats-Unis. Dans cette optique, le Commandement de l’Espace (CDE), créé en 2019, a lancé plusieurs chantiers ambitieux pour permettre à la France de disposer, en 2025, d’une liberté d’action et d’assurer la défense de sa souveraineté dans le domaine spatiale. Aussi, la doctrine, la stratégie capacitaire, l’organisation et la création d’expertises constituent les quatre axes qui ont structuré les travaux de l’état-major du CDE. Interviewé par Air & Cosmos, le général Friedling, premier commandant du CDE, détaille les différents défis que la France et ses armées doivent relever afin de conserver leur rang et d’améliorer sans cesse leurs capacités. La France est en effet la deuxième force spatiale de l’OTAN, et considérée comme l’« allié le plus capable des Américains dans ce domaine », selon le général Friedling.

    Air & Cosmos du 3 décembre

Espace
  • Espace
    Pritchal, le nouveau module spatial russe, s’est amarré à la Station spatiale internationale
    Le nouveau module spatial russe, le Pritchal, s’est amarré vendredi 26 novembre avec succès à la Station spatiale internationale (ISS), devenant le deuxième engin de ce type mis en orbite par Moscou cette année après le Nauka. Le Pritchal avait décollé le 24 novembre avec une fusée Soyouz 2.1B depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan. Les cosmonautes russes devront désormais connecter le Pritchal à l’ISS lors d’une sortie dans l’espace prévue le 19 janvier. Le Pritchal doit servir de nœud d’amarrage permanent pour le segment russe de l’ISS aux côtés du Nauka, module scientifique dont le lancement avait été retardé de presque 15 ans en raison de déboires techniques. Moscou a multiplié les annonces de projets ambitieux, tels que la construction de sa propre station spatiale afin de remplacer l’ISS ou celle d’une base lunaire avec la Chine.

    Ouest France du 26 novembre

Formation
  • Formation
    La région Centre-Val de Loire soutient la filière aéronautique
    « Aérocentre, pôle d’excellence régional » organisait la semaine dernière la 7ème édition des Rencontres aéronautiques de la région Centre-Val de Loire, suivi de la 3ème édition des 24 heures « Innovation aéronautique » à Saint-Aignan. L’objectif était de démontrer la réactivité et le dynamisme de ce secteur de pointe dans la région malgré les difficultés rencontrées ces derniers mois. Des conférences, des témoignages ont été organisées autour de la relance, des stratégies d’entreprises et des innovations. D’autres mesures accompagneront les entreprises, notamment le dispositif Rebond qui concernera les sous-traitants aéronautiques les plus fragiles. « Nos entreprises vont ressortir plus fortes avec un outil de production modernisé, donc plus à même d’affronter la reprise quand ça va repartir » s’est réjoui Michel Maréchal, référent de la Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités Centre-Val de Loire. Martial Rebeyrol, délégué régional du GIFAS, a rappelé que le projet « Industrie du futur » est déployé par le GIFAS depuis 2019 en coordination et en complémentarité avec les actions menées par les institutions régionales.

    La Nouvelle République du 2 décembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    United Airlines a effectué un vol commercial en utilisant un carburant 100% durable
    A l’occasion d’une nouvelle liaison entre Washington et Lagos (Nigéria), la compagnie aérienne United Airlines a opéré le premier vol passager au monde alimenté à 100% par du biocarburant d’aviation durable (SAF) dans un de ses deux moteurs, à bord d’un Boeing 737 MAX. Ce vol, effectué en partenariat avec Boeing, CFM International, Virent et World Energy, a relié les Etats-Unis au Nigéria, après 5 ans d’absence de United au Nigéria. La compagnie aérienne a annoncé que d’autres entreprises, parmi lesquelles Microsoft, Salesforce et Visa, avaient rejoint l’Alliance Eco-Skies, une initiative visant à acheter collectivement 7,1 M de gallons de SAF cette année. United s’est déjà engagée à acheter près de deux fois la quantité de SAF que celle annoncée publiquement par l’ensemble des compagnies aériennes dans le monde.

    Air Journal du 2 décembre
  • Aviation Commerciale
    Un plan pour sauver le groupe LATAM
    En l’absence d’un plan de soutien étatique, Latam, la plus grande compagnie aérienne d'Amérique latine, a dû se placer en faillite aux Etats-Unis en mai 2020. Une manœuvre possible grâce au chapitre 11, un dispositif qui permet, aux Etats-Unis, à une entreprise n'arrivant plus à rembourser sa dette de se restructurer à l'abri des créanciers. Un plan de réorganisation vient d’être présenté, prévoyant une injection de capital de 10,4 Md$, avec le soutien d’actionnaires comme Delta Air Lines et Qatar Airways. Sa valorisation capitalistique passera donc de 3,1 à 13,6 Md$ par le biais d’un mélange de nouvelles actions, d’obligations convertibles et d’emprunts. L'objectif est de sortir du chapitre 11 d’ici mars 2022. Formée en 2010 à la suite de la fusion des compagnies aériennes chilienne LAN Airlines et brésilienne TAM Linhas Aéreas, Latam Airlines est passé de 41 000 salariés à 29 000 à la suite de la crise sanitaire mondiale.

    BFMTV du 2 décembre