Synthèse de presse

Espace
  • Espace
    « Cassini », un fonds à 1 milliard d’euros pour accélérer l’innovation spatiale européenne
    Lors de la conférence spatiale européenne qui s’est ouverte mardi 12 janvier, Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, en charge de la politique spatiale, a annoncé le lancement d’un fonds à 1 milliard d’euros pour stimuler l’innovation spatiale. Baptisé « Cassini », le fonds doit être mis en place dès 2021 en partenariat avec la Banque européenne d'investissement (BEI) et le Fonds européen d'investissement (FEI). Mercredi 13 janvier, le FEI a annoncé qu’il consacrerait 300 millions d’euros à deux fonds de capital-risque spécialisés dans le spatial : Orbital Ventures basé au Luxembourg et Primo Space installé en Italie. Leur objectif sera de financer des PME du spatial. La BEI a annoncé quant à elle l’accord d’un prêt de 200 millions d’euros sur huit ans à Eutelsat, afin de permettre à l’opérateur de commander et lancer le programme Konnect VHTS, un satellite de nouvelle génération construit par Thales Alenia Space. « Avec Cassini, nous voulons inciter davantage de fonds de capital-risque à investir activement dans les entreprises spatiales en Europe, mais aussi amener d'autres industries à investir dans les technologies et solutions spatiales. Nous voulons aussi organiser un véritable incubateur européen du spatial », a expliqué Thierry Breton. Il a également annoncé qu’il réunirait dans les prochains mois les acteurs du spatial pour former une « alliance européenne des lanceurs » pour en définir la prochaine génération. « Je vois l'avenir de l'industrie spatiale européenne comme une combinaison d'un leadership institutionnel fort et d'une approche européenne du New Space, qui n'est pas une simple copie du modèle des États-Unis », a défendu Thierry Breton. L’Union européenne a validé un budget de 14,8 milliards d’euros (13,2 milliards en euros constants) pour le spatial entre 2021 et 2027.

    L’Usine Nouvelle du 14 janvier
  • Espace
    À Vernon, ArianeGroup et le CNES signent un contrat pour les essais du moteur Prometheus
    A la suite de la visite, mardi 12 janvier, du président de la République sur le site ArianeGroup de Vernon (Eure), ArianeGroup et le CNES ont signé un contrat préparant la réalisation d'essais du nouveau moteur réutilisable à bas coût Prometheus sur le site de Vernon. La France investit 15 millions d'euros pour développer ce nouveau moteur de lanceur afin de « gagner un an » dans sa mise au point, a expliqué Emmanuel Macron. « Ce contrat a été signé dans un contexte de renforcement de la concurrence mondiale dans le domaine des lanceurs, avec comme objectif le développement des compétences françaises en matière de propulsion liquide », ont indiqué ArianeGroup et le CNES dans un communiqué commun. Le premier prototype de Promotheus est actuellement en cours d'assemblage. Il est développé dans le cadre d'un contrat de l'Agence spatiale européenne (ESA) sur les sites ArianeGroup d'Ottobrunn en Bavière (Allemagne) et de Vernon. Les premiers essais sur le site de Vernon doivent avoir lieu dès la fin 2021.

    La Tribune du 14 janvier
  • Espace
    Haut débit par satellite : entretien avec Rodolphe Belmer (Eutelsat)
    Rodolphe Belmer, CEO d’Eutelsat, s’exprime dans Challenges. Le dirigeant explique qu’Eutelsat est en mesure de résister à la concurrence de SpaceX : « Nous pensons que le marché est assez vaste pour trois ou quatre opérateurs satellites ; Eutelsat a les moyens d’être un des grands de la connectivité dans le monde ». Eutelsat a investi, depuis cinq ans, un milliard d’euros dans trois satellites ultra-puissants. Le premier, Konnect, lancé début 2020 et destiné à connecter l’Europe et l’Afrique, vient d’entrer en service. Le second, Konnect VHTS, sera lancé fin 2021 pour une entrée en service fin 2022. « Il permettra de connecter un demi-million de foyers », indique Rodolphe Belmer. « Il a été pensé et fabriqué en France. Ce sera le meilleur satellite de sa catégorie, une vraie fierté technologique française ». Le troisième satellite, Eutelsat 10B, sera quant à lui chargé de fournir le haut débit dans les avions et les bateaux. Les trois appareils sont construits par Thales Alenia Space à Cannes. Le CEO d’Eutelsat défend aussi l’idée, lancée par le commissaire européen Thierry Breton, d’une constellation européenne de satellites concurrente de Starlink et de Kuiper, la future constellation d’Amazon. Challenges rappelle que le groupe participe à une étude sur la question, aux côtés, notamment, d’Airbus Defence and Space, Thales Alenia Space ou Orange. « La date de 2025 pour l’entrée en service me semble ambitieuse, mais elle serait pertinente », estime Rodolphe Belmer.

    Challenges du 12 janvier
  • Espace
    Stéphane Israël, CEO d’Arianespace, prévoit « une nouvelle ruée vers l’espace »
    Stéphane Israël, CEO d’Arianespace, a accordé un entretien à BFM Business. Le dirigeant est revenu sur les nouveaux enjeux de l'Europe en matière de constellations de satellites de télécommunication, face, notamment, à l’américain SpaceX. Ces constellations de satellites formeront une « alliance de la 5G et de connexions satellitaires pour faire l'internet des objets, les voitures autonomes : il va y avoir une nouvelle ruée vers l'espace avec ces grands projets dans la banlieue proche de la Terre », anticipe-t-il. « Ces satellites servent à améliorer la connectivité pour donner de la souveraineté numérique à l'Europe. Ces services sont utilisés pour l’Europe et même l'Afrique », explique Stéphane Israël. « OneWeb, un projet que nous soutenons depuis l'origine a été repris par deux acteurs, le gouvernement britannique et l'opérateur de télécom indien Bharti. Amazon a dit qu'il voulait mettre 3000 satellites en orbite », note le dirigeant, qui souligne, au sujet du projet de nouvelle constellation européenne : « il faut mettre toutes nos énergies pour que ce projet se concrétise ».

    BFM Business du 14 janvier

Industrie
  • Industrie
    MRO : Dassault Aviation renforce encore son support client Falcon
    Début 2019, Dassault Aviation a racheté a la filiale maintenance Execujet de Luxaviation, ainsi que les activités de maintenance de TAG Aviation, faisant ainsi l’acquisition de pépites du marché du MRO. L’intégration de ces structures et des ateliers afférents est désormais achevée. La nouvelle organisation commerciale regroupe les opérations de vente MRO de la filiale Dassault Falcon Service (DFS) avec celles de TAG Maintenance Services (TMS) et du segment Falcon d’Execujet MRO Services. « Cela permet aux opérateurs d’avoir un meilleur accès à toutes les capacités de son réseau étendu de services MRO », explique Dassault Aviation. La complémentarité géographique et les spécialités de chacune des nouvelles entités de ce réseau MRO permet de franchir un nouvel échelon dans l’efficacité du support client Falcon.

    Aerobuzz du 14 janvier
  • Industrie
    La Banque de France projette une croissance de 5% pour 2021
    Selon l’enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France, publiée mercredi 13 janvier, l’année 2020 s’est achevée sur une récession de 9%. Il s’agit de la plus rude récession de l’économie nationale depuis 1945. L'activité s'est toutefois partiellement redressée en décembre. « Janvier devrait marquer un palier à -7%», a indiqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, ce mercredi matin lors d'une audition à l'Assemblée nationale. Cela ne remet pas en cause la prévision d'une croissance de 5% cette année, légèrement supérieure à celle de la zone euro.

    Ensemble de la presse du 14 janvier
  • Industrie
    PME : le projet de loi de finances au secours des fonds propres
    Un article du projet de loi de finances 2021 propose de neutraliser fiscalement les réévaluations d'actifs des entreprises. Jusqu'à présent, une entreprise pouvait réévaluer un actif à la hausse mais devait alors payer un impôt sur la plus-value latente issue de cet écart de valorisation. « Dans le contexte de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, il apparaît justifié de déroger temporairement à cette règle afin d'assouplir les modalités de réalisation de ces opérations en limitant leur impact fiscal », est-il écrit dans l'exposé des motifs. L’objectif est d’améliorer la présentation des comptes sociaux, pour accroître les capacités de financement des entreprises en contribuant à donner une image plus fidèle de leur solidité financière. Selon Germain Simoneau, président de la commission financement à la CPME, « c'est un des instruments les plus puissants alors que l'enjeu de 2021 sera la capacité des sociétés à surmonter la dégradation attendue de notation de la Banque de France ». Le dispositif, qui consiste à inscrire un actif à sa juste valeur dans les comptes de l'entreprise, représente une rupture par rapport aux normes comptables françaises et se rapproche des normes anglo-saxonnes, appliquées par les groupes cotés en Bourse, relèvent Les Echos.

    Les Echos du 14 janvier

Environnement
  • Environnement
    Avion à hydrogène : entretien avec Bruno Sainjon, PDG de l’ONERA
    Invité du podcast du Journal de l’Aviation, Bruno Sainjon, PDG de l’ONERA, évoque les projets d’avion du futur, notamment l’avion à hydrogène, qui devraient être développés à l’horizon 2035. Le dirigeant souligne que ce programme « n’est pas plus compliqué » à réaliser « que le vol vers la Lune, réalisé en 8 ans il y a 50 ans », alors que les capacités scientifiques et techniques n’étaient pas à la hauteur de celles dont nous disposons aujourd’hui. M. Sainjon fait observer que l’avion à hydrogène présente des enjeux qui ne sont pas seulement technologiques : la problématique est aussi de disposer d’un hydrogène normalisé à l’échelle des déplacements, d’où « l’intérêt de travailler en moyen-courrier à l’échelle européenne », puisqu’il existe une démarche européenne en ce sens. La certification représente également un enjeu essentiel.

    Le Journal de l’Aviation du 14 janvier

Défense
  • Défense
    Le drone MALE européen n’arrivera pas avant 2028 au sein de l'armée de l'Air et de l’Espace
    La ministre des Armées, Florence Parly, répondant à une question lors de son audition à l'Assemblée nationale mardi 12 janvier, a indiqué que le drone MALE européen, ou Eurodrone, n’intégrerait pas les forces de l’armée de l’Air et de l’Espace avant 2028. La ministre a estimé qu’une capacité intermédiaire n’était pas nécessaire. La France dispose déjà de ces capacités avec les drones américains Reaper, dont l'achat a été décidé en 2013. En outre, Mme Parly a rappelé que le ministère des Armées a prévu de doter l'armée de Terre de drones tactiques, les SDT Patroller, développés par Safran Electronics & Defense, qui seront « livrés à nos forces en 2021 ».

    La Tribune du 14 janvier
  • Défense
    Les États-Unis reçoivent une deuxième batterie du système de défense Iron Dome
    La deuxième batterie du système israélien de défense antimissile Iron Dome doit bientôt rejoindre Fort Bliss, aux Etats-Unis. Rafael Advanced Defense Systems, maître d’oeuvre du projet, et son partenaire américain, Raytheon, entendent mener une campagne de tir de démonstration au cours du premier semestre de cette année à White Sands, au Nouveau Mexique. L’objectif est de convaincre l’armée américaine qu'Iron Dome est capable de neutraliser des missiles de croisière. La première des deux batteries Iron Dome a été livrée en septembre dernier et fait l’objet d’un processus de mise en œuvre aux États-Unis. Le système Iron Dome a intercepté un missile de croisière pour la première fois dans le cadre d’une série de tests de tir réel en décembre 2020.

    Air & Cosmos du 14 janvier