Synthèse de presse

Compétitivité
  • Compétitivité
    Airbus accélère dans la fourniture de services numériques
    La part des services numériques dans l’aviation commerciale ne cesse d’augmenter à l’échelle mondiale. Dans sa dernière étude, Boeing estime que les services à l’aviation commerciale devraient générer 1 700 Md$ de chiffre d’affaires d’ici à 2030. Si la crise a sanitaire a contraint Airbus à repousser ses objectifs de tripler ses revenus dans les services à 10 Md$ par an d’ici à 2025, la dynamique est maintenant bien engagée. « La crise a fait émerger de nouveaux besoins et nous incite à accélérer la digitalisation de notre offre de services, que ce soit dans la formation des pilotes, la maintenance prédictive, la connectivité à bord des avions. Tous ces services sont source d’économies, de meilleure efficacité des flottes et de réduction des émissions polluantes », confirme Klaus Roewe, directeur d’Airbus Services. Le groupe compte accélérer grâce à des offres numériques innovantes. « Nous accélérons dans les services à l’heure de vol avec 11 nouveaux contrats signés avec les compagnies aériennes en huit mois, malgré la crise », indique Klaus Roewe. En parallèle, Skywise, la plateforme d’analyse des données d’exploitation des flottes d’avions monte en puissance.

    Le Figaro du 14 octobre
  • Compétitivité
    Catherineau conserve son dynamisme en misant sur l’innovation et la diversification
    Basée en Gironde, l'entreprise Catherineau est spécialisée dans l'aménagement d'intérieurs, sur un segment luxe et haut de gamme. Les clients proviennent à 80% du secteur aéronautique. Directrice générale de cette entreprise familiale fondée en 1750, Anne-Sophie Catherineau entend bien pérenniser l’entreprise, quelles que soient les défis rencontrés depuis une décennie. Après une première crise en 2016, « nous avions lancé une stratégie de diversification du portefeuille client, en visant notamment l'export, en travaillant sur la certification de la société avec la volonté d'innover, d'améliorer l'organisation interne et de former le personnel » explique la dirigeante. De fait, cette diversification a été profitable à l’entreprise, qui a su également s’adapter face à la pandémie, grâce notamment aux petits avions qui se sont montrés « assez résilients pendant la crise ». Désormais, l’entreprise apparait bien armée pour faire face à la concurrence, en maintenant sa stratégie de diversification et en développant l’innovation. Soutenue par le plan France Relance, avec une aide de 700 000€, Catherineau va ainsi acquérir une machine à commande numérique cinq axes pour gagner en productivité. L'entreprise travaille actuellement pour une quinzaine de clients parmi lesquels figurent Airbus, Airbus Helicopters, Daher ou Dassault Aviation.

    La Tribune du 11 octobre

Innovation
  • Innovation
    Les drones, une micro-filière innovante, encore embryonnaire en France
    Pour François Baffou, directeur général de Bordeaux Technowest, les drones représentent une filière particulièrement prometteuse et innovante. Répondant aux questions de La Tribune, le dirigeant prend l’exemple du salon UAV Show qui a réussi à s’imposer dans le secteur, en dépit d’un marché européen encore embryonnaire. « Les drones sont une micro-filière mais qui est extrêmement innovante et qui ne cesse de progresser sur de nombreux aspects tels que la donnée et la gestion de la donnée, la miniaturisation des composants, la technologie embarquée, etc. » explique François Baffou. Il reconnait aussi que cette micro-filière ne représente encore que 300 M€ de chiffre d'affaires annuel en France, alors que 90% des entreprises françaises du drone font moins de 100 000€ de chiffre d'affaires. Outre les changements règlementaires fréquents, le marché des drones est soumis aux avancées technologiques successives et à l’évolution très rapide de la demande sur le marché.

    La Tribune du 15 octobre
  • Innovation
    Bloom lève 11 M€ auprès de Dassault Systèmes pour analyser les données issues des réseaux sociaux
    Fondée en 2016, la startup Bloom lève 11 M€ auprès de Dassault Systèmes et des investisseurs historiques, avec la participation de la BPI à hauteur de 2,5 M€, pour étendre sa plateforme dédiée à l’analyse qualitative, prédictive et stratégique des réseaux sociaux. « Nous sommes entrés dans une ère dominée par les influences du consommateur et du citoyen. L’analyse profonde de ces influences révèlent des signaux faibles, des tendances qu’il faut capter et traiter » explique Bruno Breton, CEO de Bloom. En résumé, ce partenariat entre un grand groupe et une jeune pousse vise à « révéler l’invisible » grâce à l’exploitation du patrimoine numérique au niveau mondial. Dans le cadre de son partenariat avec Dassault Systèmes, Bloom renforcera la plateforme de ce dernier, 3DEXPERIENCE, en y intégrant ses données sociales. La startup indique qu’elle s’appuiera sur le cloud de 3DS Outscale, né en 2010 sous l’impulsion de Dassault Systèmes, alors que le débat concernant la souveraineté des données pour les entreprises françaises face à l’hégémonie des géants américains fait rage.

    L’Opinion et Frenchweb du 15 et 16 octobre

Industrie
  • Industrie
    Boeing confronté à un nouveau vice de fabrication sur son 787
    C’est une difficulté de plus dont Boeing se serait bien passé. Le modèle long-courrier 787 Dreamliner de l'avionneur américain, son best-seller, déjà affecté par une série de problèmes techniques , fait face à un nouveau défaut de fabrication. C'est ce qu'a confirmé jeudi le constructeur, sorti il y a moins d'un an de la longue crise du 737 Max. Sur le 787, des éléments de l'appareil en titane ne répondent pas aux normes de solidité exigées pour les modèles construits ces trois dernières années. A la bourse de Wall Street, le même jour, l'action de l'avionneur reculait de 1,65%. « Une enquête est en cours, mais nous avons déterminé que cela ne présentait pas de danger immédiat de sécurité pour la flotte d'avions déjà en service », a affirmé un porte-parole de Boeing. « Les avions qui n'ont pas encore été livrés seront remaniés comme il se doit avant leur livraison aux clients », a également précisé le groupe. La sécurité des avions de Boeing est dans le viseur du régulateur aérien américain, la Federal Aviation Administration (FAA), depuis les crashs survenus en 2018 et 2019 de son avion vedette, le 737 Max.

    Les Echos du 14 octobre
  • Industrie
    ASL devient client de lancement d'Universal Hydrogen
    Universal Hydrogen a annoncé le 14 octobre avoir signé une lettre d'intention avec ASL Aviation Holdings, un groupe mondial de services aéronautiques basé à Dublin, en Irlande. ASL sera un client de lancement mondial d'Universal Hydrogen pour le marché des turbopropulseurs cargo et prévoit d'acheter jusqu'à dix kits de conversion ATR 72 d'Universal Hydrogen pour les installer dans sa flotte existante ou future d'avions turbopropulseurs. À l'issue d'une étude collaborative du réseau et d'une évaluation des appareils, les kits de conversion d'Universal Hydrogen seront installés dans des avions ATR 72 appartenant à ASL et exploités sur des services pour ses principaux clients dans toute l'Europe. Dans le cadre des conversions d'avions, Universal Hydrogen et ASL vont également conclure un contrat de services de carburant à long terme. Universal Hydrogen a accepté de fournir de l'hydrogène vert pour alimenter les ATR 72 convertis de la flotte d'ASL.

    Air & Cosmos du 14 octobre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Aéroports parisiens en septembre : le trafic à 50% du niveau de 2019
    En septembre 2021, le trafic des aéroports parisiens a enregistré 4,7 M de passagers, soit 50,1% du trafic de celui du mois de septembre 2019. Il représente toutefois une hausse de 2,3 M de passagers par rapport à septembre 2020. En septembre 2021, Paris Charles de Gaulle a accueilli 2,9 M de passagers (+ 1,5 M de passagers par rapport à septembre 2020), soit 42,6% du trafic de septembre 2019 tandis que Paris Orly a accueillait 1,8 M de passagers, soit 69,8% du trafic de septembre 2019. Le trafic international (hors Europe) est en hausse par rapport à 2020 (+ 0,9 million de passagers par rapport à septembre 2020), à 41,4% du niveau de septembre 2019, et le trafic intra-européen augmente lui aussi, avec 1,2 M de passagers supplémentaires par rapport à septembre 2020), se situant à 52,1% du niveau de septembre 2019.

    Air Journal du 15 octobre
  • Aviation Commerciale
    Dernier vol pour Alitalia
    Jeudi 14 octobre, la compagnie Alitalia, ancien fleuron du transport aérien italien, a réalisé son dernier vol. Elle est remplacée par Italia Trasporto Aereo (ITA), entreprise publique détenue par le ministère italien de l’économie et des finances. Fondée en septembre 1946 à Rome, Alitalia a connu l’euphorie du « miracle économique », avant l’ère des difficultés. Depuis trois décennies, la compagnie était plongée dans une crise profonde. « En Italie, le trafic aérien a plus que triplé en un quart de siècle : il y avait 53 M de passagers en 1997, on était à 171 M en 2019. Pourtant, depuis l’an 2000, et si l’on fait exception de 2002 (…) la compagnie a perdu de l’argent chaque année », détaille l’économiste Andrea Giuricin, spécialiste du transport aérien. Avec 11 Md€ de pertes cumulées depuis le début du siècle, Alitalia était condamnée à vivre sous perfusion. Partiellement privatisée en 1996 par le gouvernement Prodi, l’entreprise n’est jamais parvenue à résoudre son problème de compétitivité, qui n’a fait que s’accentuer, à partir du début des années 2000, avec la naissance des compagnies à bas coût. En 2005, sa part de marché dans le ciel italien n’est plus que de 25%, et en 2019 de 13%, loin derrière Ryanair. La survenue de la pandémie de Covid-19 n’a fait que geler un processus de disparition devenu inéluctable. Et l’avenir s’annonce tout aussi incertain pour la compagnie ITA.

    Le Monde du 14 octobre

Environnement
  • Environnement
    Airbus veut renforcer le recyclage des avions de ligne
    Airbus entend soutenir les efforts visant à accélérer le recyclage des avions. Avec 14 000 avions à recycler en 20 ans, c’est en effet un marché non négligeable, qu’Airbus a identifié en créant la société Tarmac Aerosave en association avec Safran Aircraft Engines et le groupe Suez. Airbus veut aller plus loin et cherche à nouer d'autres partenariats dans le monde, a indiqué Klaus Roewe, directeur et responsable d'Airbus Customer Services. Le marché américain comprend les plus grands « cimetières » d'avions, tandis que la France en compte deux (Tarbes-Lourdes et Châteaudun). Le démantèlement d'un avion de ligne permet non seulement de recycler des matières utiles pour d'autres industries, mais aussi de récupérer certaines pièces susceptibles de servir à nouveau. Airbus dispose d'ores et déjà d'une filiale sur le segment de la pièce détachée, Satair, et cette dernière a déjà commencé à élargir ses stocks et ses offres aux pièces détachées de seconde main. Deux activités, réutilisation et recyclage, qui ont l'avantage de s'inscrire dans l'air du temps et de générer de la recette.

    Air & Cosmos du 14 octobre

international
  • international
    L'Ukraine et l'UE signent un accord pour la création d'un espace aérien commun
    Le 12 octobre 2021, lors du sommet annuel Union européenne-Ukraine, les deux parties ont signé un accord historique entérinant la création d’un espace aérien commun. Une décision que Kiev attendait de longue date. Outre ses conséquences politiques majeures, les professionnels du secteur attendent une forte hausse du nombre de routes aériennes exploitées entre l’Ukraine et l’Europe. Le traité signé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky et les responsables européens va permettre aux compagnies aériennes européennes d’ouvrir autant de lignes qu’elles veulent en Ukraine, mais également aux compagnies ukrainiennes d’opérer dans le ciel de l’Union européenne sans restrictions, alors que jusque-là, elles devaient négocier des accords avec chaque État-membre. À court terme, les compagnies low-cost vont s’engouffrer sur ce marché prometteur et Ryanair a déjà prévu de doubler sa flotte en Ukraine et d’opérer sur douze aéroports du pays.

    RFI du 12 octobre

Formation
  • Formation
    La filière aéronautique d'Auvergne Rhône-Alpes mise sur la formation
    Les associations Aerospace Cluster et Space Aero ont signé un partenariat qui permet aux entreprises aéronautiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes (membres d'Aerospace Cluster) d'accéder de manière privilégiée aux formations développées par Space Aero. En Auvergne Rhône-Alpes, 550 entreprises ont une activité significative sur le marché de l'aéronautique, pour un chiffre d'affaires de 3,3 Md€. Pour Frédéric Antras, délégué d'Aerospace Cluster, la « véritable reprise » ne verra le jour qu’en 2023. D'ici là, l'objectif est de faire monter en compétence les forces vives de ces entreprises. « La reprise est devant nous (…) Nous sommes sensibilisés à la nécessité de se préparer, car ce rebond va progressivement s'accélérer au vu des annonces précises faites par les donneurs d'ordres », explique Franck Colcombet, Président d'Aerospace Cluster. Pour que ses adhérents y soient prêts, le cluster vient de signer un partenariat avec Space Aero dont la mission est d'améliorer la performance industrielle des PME et des TPE de la filière aéronautique. A travers cet accord de deux ans, les industriels d'Auvergne Rhône-Alpes bénéficieront d'un accès privilégié aux formations expertes de Space Aero sur le champ de la performance industrielle.

    Les Echos du 14 octobre